Les Européens veulent des transports plus verts

Le 25 mars 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

60% des Européens seraient prêts à payer davantage pour leur véhicule si cela aidait à réduire les émissions polluantes, révèle un nouveau sondage Eurobaromètre rendu public le 24 mars.

Un grand nombre d’Européens sont donc prêts à faire des compromis quant au prix et aux caractéristiques de leur voiture. Accepter de choisir un véhicule plus petit, qui consomme moins, voire investir dans des technologies plus modernes, sont des idées qui ont fait leur chemin. Les deux tiers environ des automobilistes européens accepteraient que la vitesse de leur véhicule soit limitée pour réduire les émissions polluantes.

En outre, «53% se sont prononcés en faveur de la substitution des taxes actuelles sur les véhicules par de nouveaux systèmes de tarification fondés sur l'utilisation réelle du véhicule», précise la direction générale de la mobilité et des transports de la Commission européenne qui a commandé l’étude.

L’enquête montre également que les pays européens doivent faire des efforts pour rendre plus accessibles les transports en commun: 71% des automobilistes interrogés seraient prêts à prendre les transports publics plus souvent s'il était possible d'acheter un seul ticket valable pour tous les modes de transport existants. Les connexions existantes sont encore insuffisantes, les transports publics ont des fréquences de circulation trop faibles et manquent de fiabilité.

«Ces résultats vont donner un formidable élan aux efforts que fait l'Union européenne pour rendre le transport plus écologique», a déclaré Siim Kallas, vice-président de la Commission chargé des transports.

Pour mémoire, en 2008, le mécanisme européen pour des transports propres (European Clean Transport Facility –ECTF) a été mis en place pour 10 ans. Il s’agit d’un programme de financement de la Banque européenne d’investissement (BEI) destiné à soutenir des investissements en recherche-développement et innovation portant sur l'efficacité énergétique et la réduction des émissions dans le secteur européen des transports. L'ECTF sera doté d'une enveloppe annuelle de 4 milliards d'euros et ciblera les industries de l'automobile (constructeurs et équipementiers), du rail, de l'aéronautique et de la construction navale. Les bénéficiaires de ce mécanisme sont «des entreprises de toutes dimensions et structures de propriété dont la qualité de crédit les situe dans les catégories ‘valeur d'investissement’ ou ‘spéculative’ (ou équivalents) et qui sont engagées dans un programme d'investissement admissible relevant du secteur européen des transports», précise la BEI.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus