Les Européens, rois du dumping de vieux navires

Le 05 février 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
De nombreux navires européens sont "dépavillonés" avant d'être vendus aux chantiers de démantèlement
De nombreux navires européens sont "dépavillonés" avant d'être vendus aux chantiers de démantèlement

Après le bilan 2013 dressé par Robin des bois, l’ONG Shipbreaking Platform a publié, le 3 février, son analyse annuelle du démantèlement des navires.

Selon l’association basée à Bruxelles, 1.213 navires ont été démantelés l’an dernier. Sans surprise, plus de la moitié d’entre eux (645) ont échoué sur une plage indienne (347), bangladaise (193) ou pakistanaise (105). Avec à leur bord de possibles traces d’amiante, de métaux lourds, ou de PCB (poychlorobiphényles), sans qu’aucun contrôle ne soit effectué.

 

«Le nombre de navires échoués a baissé de 24% l’an dernier. Un plus grand nombre d’armateurs ont choisi des solutions propres par rapport aux années précédentes. C’est une très bonne nouvelle pour l’environnement et pour les travailleurs des chantiers de démantèlement. Mais la majorité des armateurs poursuivent leurs pratiques douteuses et les compagnies maritimes européennes sont parmi les pires au monde», analyse Patrizia Heidegger, directrice de Shipbreaking Platform.

 

L’an dernier, les armateurs européens ont en effet vendu 372 navires commerciaux (porte-conteneurs, vraquiers, ferries) aux chantiers de recyclage. Mais près des deux tiers ont terminé leur vie sur une plage d’Asie du Sud. Il s’agit de la pratique favorite des armateurs grecs et allemands (80% de leurs navires vendus). Pour comparaison, 40% seulement des navires japonais ont suivi la même destination.

 

Selon l’ONG, le nouveau règlement européen interdisant l’échouage de navires battant pavillon d’un Etat membre risque de rater sa cible. Ainsi, 68% des navires européens envoyés au démantèlement ne battaient pas, ou plus, pavillon européen à leur arrivée sur le chantier. De nombreux navires sont souvent «dépavillonés» vers des paradis fiscaux avant de rejoindre une plage d’Asie du Sud.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus