Les Européens prêts à payer pour un produit écologique

Le 08 juillet 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pas toujours facile de s'y retrouver dans l'étiquetage
Pas toujours facile de s'y retrouver dans l'étiquetage

Les Européens ne sont pas indifférents aux effets sur l’environnement des produits qu’ils consomment. 80% d’entre eux achètent en effet des produits respectueux (1), selon une enquête de la Commission européenne, publiée le 5 juillet.

Réalisée en décembre dernier, auprès de 25.568 citoyens, cette étude souligne que les citoyens les plus attentifs se trouvent en Autriche (93% des habitants achètent ce type de produits), en Allemagne (90%) et en Suède (89%).

En moyenne, 89% des citoyens européens affirment que ces produits peuvent avoir un effet sur l’environnement et 74% d’entre eux jugent qu’ils sont tout aussi efficaces que les autres produits.

Interrogés sur leurs motivations, les sondés évoquent des considérations éthiques. Pour plus de 9 personnes interviewées sur 10, c’est «la bonne chose à faire» ou «cela montre le bon exemple».

Un problème de disponibilité et de reconnaissance des produits respectueux de l’environnement est toutefois perceptible dans ces résultats. Ainsi, seulement 54% des citoyens estiment qu’ils sont disponibles dans les magasins, et 51% qu’ils sont facilement identifiables dans les rayons.

Idem pour le greenwashing. Un tiers des sondés jugent exagérés les effets annoncés sur l’environnement. Deux tiers d’entre eux se montrent toutefois confiants en les qualités des produits labellisés. Ce chiffre connaît varie selon les pays. Au Portugal comme en France, le label rassure, contrairement à l’Allemagne et aux Pays-Bas.

La confiance dans les performances environnementales des entreprises  s’avère plus réduite: 54% des Européens n’y accordent en effet aucun crédit. 

Au chapitre purement pécuniaire, les Européens démentent certains propos de responsables français sur la fiscalité écologique: 77% déclarent être prêts à payer plus cher un produit s’ils sont sûrs qu’il est véritablement écologique. Dans la même idée, et n’en déplaise au ministre français de la consommation Benoît Hamon (voir JDLE), 66% d’entre eux veulent bien mettre la main au porte-monnaie afin que la garantie soit étendue à 5 ans.

Les actions contre le gaspillage alimentaire ont quant à elles de l’avenir puisque 45% des citoyens pensent qu’il est imprudent de consommer des produits au-delà de leur date limite d’utilisation optimale (DLUO), alors que c’est tout à fait possible. Les Suédois, les Autrichiens et les Britanniques sont mieux informés puisqu’ils estiment majoritairement que c’est sans risques (respectivement 81%, 77% et 77% d’entre eux).

4 Européens sur 5 ajoutent que des taxes plus légères sur ces produits et matériaux pourraient réduire l’impact de la consommation sur l’environnement.

Logiquement, 97% des sondés reconnaissent que leur acte d’achat est guidé par la qualité du produit. Vient ensuite le critère prix,  pour 87% d’entre eux, puis son impact sur l’environnement (84%). La marque n’est quant à elle guère prise en compte: elle importe à moins d’un Européen sur 2 (46%).

L’enquête ne s’est pas focalisée sur l’achat de produits. Les consommateurs ont aussi été interrogés sur les actions domestiques les plus favorables à l’environnement. Le trio gagnant se résume au recyclage et à la réduction des déchets (54%), devant l’achat de produits électroménagers peu consommateurs d’énergie, et l’isolation des logements.

  1. souvent ou parfois

http://ec.europa.eu/public_opinion/flash/fl_367_en.pdf



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus