Les eurodéputés font la pub de l’eau du robinet

Le 24 octobre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'avenir est aux fontaines
L'avenir est aux fontaines
© European Union 2011 - EP

Le Parlement européen a décidé, le 23 octobre en session plénière, de favoriser la consommation d’eau du robinet plutôt qu’en bouteille. Ce qui réduirait significativement la production de déchets en plastique et d’émissions de gaz à effet de serre imputables aux emballages.

Contrairement aux idées reçues, l’eau du robinet n’est pas si mauvaise. Près de 99% des échantillons testés dans l’Union européenne entre 2011 et 2013 respectent les normes en vigueur. Reste à le faire savoir. Vaste tâche! Car seulement 20% des Européens estiment que la qualité de l’eau potable est acceptable. Pour leur redonner confiance en leur eau, les eurodéputés ont adopté une série de mesures dans le cadre de la révision de la directive sur l’eau potable.
Ils ont tout d’abord revu à la baisse les limites autorisées de plusieurs polluants dont celles du plomb, divisée par deux, du chlorate et du chlorite. Par ailleurs, les composés perfluorés ainsi que trois perturbateurs endocriniens –oestradiol, nonylphénol et bisphénol A– seront désormais surveillés.

17% de bouteilles en plastique en moins
Selon la Commission européenne, un meilleur accès à l’eau potable pourrait par ailleurs réduire de 17% la consommation d’eau en bouteille, et diminuer déchets plastique et émissions de gaz à effet de serre. A noter que c’est une initiative citoyenne européenne, Right2Water, qui avait alerté l’exécutif communautaire sur ces enjeux il y a 4 ans.

Carafes et fontaines
Les eurodéputés appellent à la mise à disposition d’eau potable gratuite dans les restaurants, cantines et services de restauration. Un service de base pour les consommateurs français qui n’existe pas en Belgique, par exemple, où l’eau est aujourd’hui payante dans les restaurants et les estaminets. La mesure n’est toutefois pas contraignante, sauf dans les administrations et les bâtiments publics, où la Commission préconise d’installer des fontaines. Selon Bruxelles, la transposition de cette directive devrait coûter entre 5,9 et 7,3 milliards d’euros, dont la majorité sera prise en charge par les opérateurs d’eau.
Encadré: un Européen consomme en moyenne 106 litres d’eau en bouteille par an. Ce qui génère la production de 40 millions de bouteilles par an. Dont seulement une sur deux est recyclée en France.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus