Les eurodéputés en désaccord sur l’avenir de l’ETS

Le 19 février 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Matthias Groote: l'eurodéputé qui essaie de sauver l'ETS.
Matthias Groote: l'eurodéputé qui essaie de sauver l'ETS.

Le marché européen des quotas d’émission de gaz à effet de serre (GES) est bien mal en point.

La Commission européenne souhaite redynamiser cet outil majeur de la politique climatique communautaire en «gelant» la mise sur le marché de 900 millions de quotas, ces prochaines années. De quoi faire remonter les prix de la tonne de GES qui se trainent actuellement entre 4 et 5 euros sur les marchés spot.

Hélas, tout le monde ne souhaite pas voir aboutir ce projet. A commencer par la Pologne qui n’entend pas (menace de veto à l’appui) pénaliser son secteur électrique, gros consommateur de charbon.

Un point de vue partagé par la commission de l’industrie du Parlement européen (PE) qui, le 24 janvier dernier, a voté contre la réduction de l’excédent de quotas.

Un vote contrecarré, ce mardi 19 février, par la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du même PE. Sous la présidence du social-démocrate allemand Matthias Groote, la commission Envi a voté un amendement à la directive 2003/87/EC autorisant l’exécutif européen à adapter le calendrier des enchères de quotas «dans des circonstances exceptionnelles». Et à condition qu’une telle modification des règles encadrant l’ETS ne soit pas préjudiciable aux industries soumises à la concurrence internationale.

La semaine prochaine, la commission de l'environnement décidera de négocier ou non un accord avec les Etats membres avant le vote en plénière. A suivre…



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus