Les entreprises de l’eau veulent décupler la réutilisation des eaux usées

Le 05 février 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
10% d'eaux réutilisées en 2030 contre à peine 1% aujourd'hui
10% d'eaux réutilisées en 2030 contre à peine 1% aujourd'hui

La Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E) a présenté, ce 5 février, ses 22 engagements pour économiser la ressource et adapter ses activités au changement climatique.

 

Ces nouveaux engagements découlent  des Assises de l’eau qui ont été organisées l’an dernier par le ministère de la transition écologique. Ils visent essentiellement à réduire le taux de fuites (de 20% aujourd’hui à 15% en 2030) et à accroître la réutilisation des eaux usées traitées.

10% d’eaux usées réutilisées en 2030

La Fédération mise sur un doublement des investissements dédiés au renouvellement des réseaux pour atteindre 1,2% de renouvellement moyen du linéaire en 2030. Elle s’appuie aussi sur le déploiement de l’alerte-fuite[1], qui doit toucher 50% des usagers en 2025 contre 33% aujourd’hui. La réutilisation des eaux usées traitées doit pour sa part bondir à 10% en 2030, contre moins de 1% aujourd’hui. Ces nouvelles ressources devraient alimenter «l’arrosage d’espaces verts, le nettoyage des voieries et dans certains cas l’irrigation».

Deux fois plus de chèques eau

Par ailleurs l’émission de chèques eau[2] doit doubler, pour représenter 4,6 millions d’euros en 2025 contre 2,3 M€ en 2019, alors que les Assises de l’eau avaient décidé, en juillet dernier, leur généralisation. Un engagement pris dans le cadre de l’objectif de développement durable (ODD) n°6, qui vise la mise  en œuvre effective de l’accès de tous à l’eau, mais dont la compétence relève des collectivités.

La FP2E s’engage aussi à davantage de transparence sur les performances des réseaux, en communiquant 100% de ses données au nouvel Office français pour la biodiversité (OFB).

Captages d’eau potable à suivre

Côté pollutions pas d’objectif chiffré. Les entreprises de l’eau affirment seulement qu’elles publieront, en 2020, avec l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture, les résultats d’expérimentations lancées sur 10 sites, pour améliorer la protection des captages d’eau potable. La secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon avait indiqué, en juillet 2019, son intention de lancer 500 nouveaux captages prioritaires dotés d’un plan d’action en 2021.

 



[1] Il s’agit d’un équipement mis en place sur les réseaux

[2] Sur le modèle des chèques énergie