Les enjeux de la conférence de Buenos Aires

Le 06 décembre 2004 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Une fois n’est pas coutume, la conférence des parties à la convention de l’ONU (Organisation des Nations unies) sur les changements climatiques pourrait produire quelques résultats.

Tout d'abord, cette dixième «COP» (Conference of the Parties), qui se tiendra à Buenos Aires du 6 au 17 décembre prochain, sera la dernière avant l'entrée en vigueur du protocole de Kyoto, le 16 février 2005. «Il faudra d'ailleurs, à cette occasion, continuer d'affirmer le rôle du protocole de Kyoto comme instrument de la mise en oeuvre de la convention»,a rappelé Paul Watkinson, le chef de la délégation française. Mais le plus important n'est peut-être pas là. L'un des buts, plus ou moins avoués, de la conférence est de préparer l'après-2012. En clair, comment convaincre les pays en développement de participer plus activement à la lutte contre le changement climatique? Or, ces derniers sont un peu échaudés par les promesses d'aides non tenues par les pays industrialisés et par les objectifs de Kyoto désormais hors d'atteinte. «Nous devons leur apporter des preuves que nous nous orientons vers l'atteinte des objectifs de Kyoto»,confirme le négociateur.

Pour ce faire, l'Union européenne va présenter sa politique climatique sur un grand stand. Dans ce cadre, la France cherchera de nouveaux clients pour Seringas, le logiciel de tenue du registre de quotas d'émissions. Autre argument, sans doute plus motivant, le lancement d'un nouveau fonds spécial international, chargé de financer les actions d'adaptation au changement climatique dans les pays du sud. Effrayés à l'idée de voir leurs clients réduire, à terme, leurs importations de brut, les pays de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) pourraient se voir proposer des projets de mécanisme de développement propre (ou MDP, projets qui financent leur équipement en énergies renouvelables, notamment), en compensation d'un changement d'attitude. Raison pour laquelle l'Algérie et l'Indonésie devraient annoncer leur ratification du protocole à Buenos Aires. Si la COP pourrait donc aboutir au lancement, l'an prochain, d'un fructueux dialogue avec les pays en développement, elle masquera d'autres ambitions. Jeudi, par la voix de Pierre Sellal, son ambassadeur auprès de l'Union européenne, la France a rappelé qu'elle entendait faire accepter l'énergie nucléaire comme une technologie susceptible d'être financée par le mécanisme de développement propre, après 2012. L'EPR contre l'effet de serre?




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus