Les enjeux de l’écologie en 2020 selon Elisabeth Borne

Le 17 janvier 2020 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Elisabeth Borne est favorable à un référendum autour des propositions de la convention citoyenne pour le climat
Elisabeth Borne est favorable à un référendum autour des propositions de la convention citoyenne pour le climat

Devant un auditoire réduit à la presse, la ministre de la transition écologique Elisabeth Borne a présenté ses vœux pour 2020. Une année qui débute autour de la SNBC et de la PPE.

 

La remplaçante de François de Rugy l’a promis. La consultation publique sur la nouvelle stratégie nationale bas carbone (SNBC) sera lancée le 20 janvier, «pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050 inscrit dans la loi». Elle s’accompagnera, le même jour, par le lancement de consultation sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

Parmi les autres priorités ministérielles, une filière franco-allemande de batteries. «La question n’est plus de savoir si les voitures seront électriques ou non mais si les batteries seront européennes ou chinoises», a assuré Elisabeth Borne.

En matière agricole, elle a échangé des banalités, avec la possibilité d’un «autre modèle, avec moins d’intrants, plus de qualité, de confiance avec les consommateurs et de revenus pour les agriculteurs». Sans évoquer les sujets qui fâchent, la sortie du glyphosate et la politique agricole commune (PAC). Deux leviers pourtant majeurs pour la transition.

A la mi-février, le Conseil de défense écologique se penchera sur l’exemplarité de l’Etat en matière de mobilité et de consommation d’énergie et à l’adaptation au changement climatique.

Adieu Fessenheim 

Le premier semestre de l’année pourrait aussi voir fermer la centrale nucléaire de Fessenheim, la plus vieille de France, selon la dernière déclaration du Premier ministre le 15 janvier. Soit le 22 février pour le premier réacteur et juin pour le deuxième.

Environ 75 territoires devraient aussi avoir signé un contrat de transition écologique avant la fin du premier trimestre.

Un référendum sur le climat ?

Enfin la convention citoyenne pour le climat remettra ses conclusions le premier week-end d’avril. «Elles seront reprises intégralement» a répété la ministre, en ajoutant «le Président de la République a évoqué l’idée d’un référendum. J’y suis personnellement favorable».

En avril toujours, la première stratégie quinquennale de sortie du plastique devrait voir le jour. Tout comme le décret d’application de la loi d’orientation sur les mobilités (LOM) précisant la mise en place des zones à faibles émissions.