Les engrais sont inclus dans le plan de performance de l’agriculture

Le 05 février 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le JDLE indiquait dans son article du 4 février consacré au plan de performance énergétique de l’agriculture (1) que «les mesures du plan de performance [énergétique de l’agriculture] sont concentrées sur les consommations d’énergie directes de l’agriculture, qui ne représentent ‘que’ 40% de la consommation totale d’énergie du secteur».

Le plan de performance énergétique de l’agriculture présenté (1) compte aussi s’attaquer aux consommations d’énergie indirectes de l’agriculture, selon Vincent Guy, conseiller technique du ministère de l’agriculture. Ces consommations, qui représentent 60% de la consommation totale d’énergie du secteur, sont surtout dues à la fabrication des intrants. Le plan vise bien à «encourager» la baisse de l’utilisation des engrais azotés, ce que le JDLE écrivait aussi.

Les 100.000 diagnostics énergétiques qui doivent être réalisés d’ici 2013 dans le cadre du plan sont «l’un des moyens pour que les exploitants raisonnent l’ensemble de leurs pratiques pour économiser l’énergie».

«Les engrais sont plus importants en termes de charges d’exploitation que l’énergie», indique Vincent Guy. Ils représentent respectivement 15% et 10% des postes de dépenses. Le conseiller du ministère rappelle que les émissions du secteur ont baissé –de 11% entre 1990 et 2007– «principalement grâce à la baisse des effectifs d’élevage». Le secteur de l’agriculture représente entre 4 et 5% de la consommation énergétique française totale.

(1) Dans le JDLE «Agriculture: un plan de performance énergétique assez mûr?»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus