Les enfants, en première ligne de la pollution atmosphérique

Le 02 novembre 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
300 millions d'enfants respirent un air toxique.
300 millions d'enfants respirent un air toxique.
© UNICEF/UN037170/Bindra

La pollution de l’air contribue grandement au décès de quelque 600.000 enfants de moins de 5 ans chaque année dans le monde, et menace la vie et l’avenir de millions d’autres chaque jour, selon un rapport de l’agence onusienne pour l’enfance.

Deux milliards d'enfants vivent dans des pays où la pollution atmosphérique causée par les émissions des véhicules, l'utilisation intensive de carburants fossiles, la poussière et l'incinération des déchets, surpasse les normes de qualité de l'air établies par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Chaque année, ce sont près de 600 millions d’enfants de moins de 5 ans dont la vie est abrégée par la pollution de l’air. Un enfant sur 7, soit quelque 300 millions, vit dans une région où le niveau de toxicité de l’air extérieur dû à la pollution dépasse d’au moins 6 fois les directives internationales. Voilà quelques-uns des glaçants constats du rapport «Assainir l’air pour les enfants», rédigé par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et rendu public à une semaine de l’ouverture de la COP 22 au Maroc.

L’Organisation mondiale de la santé accompagne sa campagne ‘BreatheLife2030.org’ sur la pollution atmosphérique d’une efficace démonstration pratique: le site lancé à cette occasion propose de visualiser à quel point votre ville dépasse les normes sanitaires pour les particules fines. En 2012, ce ‘tueur invisible’ a causé la mort de 10.954 personnes, nous apprend ainsi l’OMS.

Images satellites

A l’aide d’images satellite, l’Unicef a pu dresser la carte des zones dans lesquelles vivent les enfants, plus sensibles que les adultes à la pollution atmosphérique. C’est en Asie du Sud que l’on compte le plus grand nombre d’enfants vivant dans des milieux ‘toxiques’ (620 millions), suivie par l’Afrique (520 millions). En Asie de l’Est et dans la région Pacifique, 450 millions d’enfants vivent dans des zones où la pollution dépasse les limites indicatives.

Conséquences in utero

Les enfants cumulent les facteurs de risque, car leurs poumons, leur cerveau et leur système immunitaire sont toujours en développement et leurs voies respiratoires plus perméables. Les jeunes enfants respirent aussi plus vite que les adultes et aspirent plus d’air relativement à leur masse corporelle. «Les matières polluantes ne se contentent pas d’endommager les poumons des enfants, elles peuvent aussi franchir la barrière hémato-encéphalique et endommager définitivement leur cerveau en développement. Leur avenir en sera compromis. Aucune société ne peut se permettre d’ignorer la pollution», a souligné Anthony Lake, le directeur général de l’Unicef.

Bannir les cuisinières à bois

La qualité de l’air intérieur est également un enjeu majeur pour la santé des enfants, avec l’utilisation de combustibles comme le charbon et le bois pour cuisiner et se chauffer, ce qui touche essentiellement les enfants de familles à revenu faible vivant en zone rurale. Les plus défavorisés, dont la santé a tendance à être moins bonne et l’accès aux soins de santé inadéquat, sont les plus vulnérables aux maladies causées par la pollution de l’air.

Eloigner les usines des écoles

L’Unicef en appelle aux dirigeants du monde qui convergent à Marrakech pour qu’ils s’efforcent de respecter les normes internationales de qualité de l’air fixées par l’OMS, qu’ils améliorent l’accès des enfants aux soins, investissent dans les soins de santé, assurent un suivi de la pollution atmosphérique pour en informer la population et réduisent l’exposition des enfants à la pollution ‘quotidienne’. «Les usines ne devraient pas se trouver près des écoles et des terrains de jeu. Une meilleure gestion des déchets pourrait réduire la quantité de détritus brûlés dans les collectivités. Des gazinières plus propres amélioreraient la qualité de l’air dans les habitations», liste ainsi l’Unicef.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus