Les émissions de méthane augmentent

Le 12 décembre 2016 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'agriculture émet toujours plus de méthane
L'agriculture émet toujours plus de méthane

Depuis 2007, les émissions mondiales de méthane, puissant gaz à effet de serre (GES), ont explosé, selon un bilan publié lundi 12 décembre par les scientifiques du Global Carbon Project. Principale suspecte, l’agriculture, notamment celle des régions tropicales, peut-être aussi l’extraction d’énergies fossiles.

D’un pouvoir de réchauffement global (PRG) 28 fois plus élevé que le CO2, le méthane connaît depuis 2007 une forte hausse de ses émissions. Après hausse une annuelle d’environ 0,5 ppb(partie par milliard) sur la période 2000-2006, sa teneur atmosphérique a connu une augmentation moyenne de 6,9 ppbpar an entre 2007 et 2015. Cette croissance a même atteint +12,5 ppben 2014, et +9,9 ppben 2015, année où le méthane a atteint 1.834 ppb.

Pourquoi une si forte expansion? Soulignant de nombreuses incertitudes, les chercheurs du Global Carbon Project évoquent, dans la revue Earth System Science Data,  la place prépondérante de l’agriculture, surtout celle menée dans les régions tropicales, riziculture et élevage en tête. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le nombre mondial de têtes de bétail est en effet passé de 1,3 milliard, en 1994, à 1,5 milliard, en 2014, une tendance suivie par la riziculture.

Les énergies fossiles aussi?

De récents travaux ont aussi suggéré le rôle des énergies fossiles -en particulier du gaz et de l’huile de schiste américains-, dont l’extraction et le transport peut engendrer des fuites de méthane. Raison pour laquelle l’éthane, également produit par l’extraction, a vu ses émissions augmenter ces dernières années.

Toutefois, la baisse régulière du carbone C13, isotope radioactif du carbone, suggère plutôt une prédominance de la piste biogénique. De récents inventaires «bottom-up» (voir encadré) montrent que les émissions annuelles de méthane ont augmenté, pour l’agriculture, de 3 à 5 gigatonnes (Gt) entre 2006 et 2012.

L’approche «bottom up» (ascendante) consiste à évaluer les émissions en analysant l’activité de leurs sources. A l’inverse, la «top down» (descendante) procède d’abord par des analyses atmosphériques, notamment par satellite, pour descendre jusqu’aux sources.

Des puits en baisse

Autre explication, la stabilisation de la teneur atmosphérique en radicaux hydroxyles (OH) depuis 2006, après une hausse de 8% depuis les années 1970: ces éléments chimiques entraînent la dégradation du méthane dans l’atmosphère. Face à des émissions en hausse, ce puits de méthane se serait ainsi affaibli.

Selon les chercheurs, les émissions liées aux zones humides, principale source, sont en revanche inchangées. Quant à la combustion de biomasse, les émissions du deuxième gaz à effet de serre d’origine anthropique auraient même diminué, de 2 à 3 Gt par an sur la période 2007-12 par rapport à 2000-06. Et ce malgré d’importants incendies de forêt fin 2015 en Indonésie, liés à El Niño.

Proche du pire scénario climatique

Alors que les émissions de CO2 connaissent une croissance décélérée, cette récente évolution du méthane est proche d’un scénario d’émissions RCP8.5, qui selon le dernier rapport du Giec[i] entraînerait une hausse de température oscillant autour de 3,7°C d’ici à 2100, par rapport à la période 1986-2005.

Selon un éditorial publié par les chercheurs dans la revue Environmental Research Letters, ces résultats ouvrent toutefois de nouvelles perspectives en termes d’atténuation, le méthane persistant moins de 10 ans dans l’atmosphère.Il serait possible de réduire les émissions en diminuant les fuites de gaz sur les puits et les gazoducs, en adaptant l’alimentation du bétail, en récupérant le biogaz de décharge ou en installant des méthaniseurs dans les exploitations agricoles.



[i] Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus