Les émissions de CO2 ont globalement baissé depuis 1990

Le 21 novembre 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L’organisation d’un sommet international est toujours favorable à la publication d’études diverses dans les jours qui précédent son ouverture. Une façon pour les lobbies et les gouvernements de se positionner avant que ne débutent les négociations finales.

Ainsi, ces derniers jours, a-t-on entendu Washington vanter les mérites de la séquestration du CO2, quelques jours avant que le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) ne relativise son intérêt. Les consultants ne cessent de publier des études ou des guides de réalisation des projets de mécanismes de développement propre (MDP). Bref, les hostilités sont engagées et elles devraient se renforcer dans les jours qui viennent.

Une lueur d'espoir illumine toutefois l'horizon. Jeudi soir, le secrétariat de la Convention cadre sur les changements climatiques (CCCC) a publié un volumineux rapport sur l'évolution des émissions de gaz à effet de serre entre 1990 -l'année de référence de Kyoto- et 2003. Globalement, les chiffres, bien que pas toujours très précis ni très récents, sont plutôt bons. En 13 ans, et sans tenir compte des puits de carbone, les rejets carbonés des pays de l'annexe 1 ont diminué de 5,9%, passant de 18,4 milliards de tonnes de dioxyde de carbone par an à 17,3 milliards. Certains pays présentent d'excellents résultats climatiques, comme la Lituanie (-66,2%), la Pologne (-34%), l'Allemagne (-18,2%) ou le Royaume-Uni (-13%). Des performances, certes, largement attribuables pour les uns, à la dislocation de l'économie du Comecon, et pour les autres, à la fermeture de leurs centrales au charbon. La France ne fait pas trop mauvaise figure en réduisant les siens de 1,9%.

En revanche, de nombreux pays industrialisés ont vu leurs panaches de fumées grossir dans de très fortes proportions: +24,2% pour le Canada, +23,3% pour l'Australie et +13% pour les Etats-Unis et le Japon. Certains auront donc beaucoup de mal à atteindre les objectifs fixés par le protocole de Kyoto. Plutôt que de réduire ses émissions de 13% (certes à l'horizon 2012), l'Autriche les a accrues de 16,5%. Dans le cadre de la bulle européenne, l'Espagne pouvait émettre en 2012 jusqu'à 15% de plus de gaz carbonique qu'en 1990. Un objectif désormais franchement hors de portée puisque, en 13 ans, Madrid a vu croître ses rejets de 41%.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus