Les émissions américaines de méthane largement sous-estimées

Le 26 novembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les émissions fugitives de gaz US seraient 3 fois supérieures aux chiffres officiels.
Les émissions fugitives de gaz US seraient 3 fois supérieures aux chiffres officiels.
DR

Les estimations d’émission de méthane (CH4) souffrent d’une grande incertitude. Ce qui est regrettable, tant le bilan climatique du gaz naturel est important. Sa contribution, directe et indirecte au forçage radiatif global est de l’ordre de 30%, loin derrière le CO2 (60%).

Mais cela pourrait être revu à la hausse. En témoignent les résultats d’un nouveau bilan des émissions américaines de méthane. Publié en début de semaine dans les annales de l’académie des sciences US (PNAS), l’article de Scot Miller et de 14 de ses confrères réévalue à la hausse l’empreinte méthanique américaine.

En se basant sur des milliers d’analyses de l’air, réalisées entre 2007 et 2008 sur des tours de télécommunication et par des avions, l’équipe du physicien de l’université Harvard estime les rejets US anthropiques annuels de CH4 à 12,7 millions de tonnes équivalent carbone (Mteq.C). Soit près de deux fois plus qu’affiché par les statistiques de l’EPA, basées sur les déclarations volontaires des industriels.

L’étude plante aussi un coin dans la bonne conscience des promoteurs de l’exploitation du gaz naturel. En couplant leurs données avec des mesures de concentration de propane (coproduit de l’extraction du gaz naturel), les auteurs sont parvenus à affiner la responsabilité des principales sources d’émission.

Dans les grandes plaines, les troupeaux de ruminants américains émettraient ainsi 3,7 Mteq.C par an: plus de deux fois les émissions compilées dans la base de données des émissions mondiales de gaz à effet de serre Edgar, gérée par le centre de recherche de l’Union européenne (JRC) et l’agence d’évaluation environnementale néerlandaise (PBL). Au Texas, en Oklahoma et au Kansas, Etats riches en hydrocarbures, les chercheurs évaluent à 8,1 Mteq.C par an les rejets méthaniques de l’industrie pétrogazière. Près de trois fois plus que dans la base Edgar. Le bilan carbone de l’industrie pétrogazière doit probablement être fortement réévalué.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus