Les emballages alimentaires britanniques pas assez éco-conçus

Le 18 février 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
40% des emballages alimentaires produits par les supermarchés sont difficiles à recycler, selon l’association des gouvernements locaux (LGA). L’organisation, qui regroupe 466 autorités locales en Angleterre et au Pays de Galles, a publié pour la troisième édition un rapport mardi 17 février sur les pratiques des distributeurs en matière d’emballages alimentaires. Le premier avait été publié en octobre 2007, le second en mai 2008.

L’enquête examine le poids des emballages de 29 produits de base dans 8 chaînes de distribution –ASDA, Co-op, Lidl, Marks and Spencer, Morrisons, Sainsbury’s, Tesco et Waitrosesupermarchés. Le poids moyen d’un emballage varie de 645,5 grammes (Tesco) à 802,5 g (Waitrose). Le taux de «recyclabilité» oscille entre 57,8% (Lidl) et 66,8% (Sainsbury’s).

Des résultats qui minent les progrès des ménages en matière de tri sélectif, estime la LGA. Et plombent les coûts de collecte, payés par les collectivités. Selon l’organisation, les communes paieront 1,8 milliard de livres (plus de 2 milliards d’euros) en taxes d’enfouissement entre 2008 et 2011, uniquement pour «l’excès» de ces déchets d’emballages.

L’association réclame que les distributeurs, qui paient déjà pour le traitement de ces déchets, soient davantage mis à contribution. Depuis le premier rapport, le poids des emballages a un peu baissé, mais pas leur «recyclabilité».

L’organisation britannique de la distribution (BRC) a indiqué que le rapport ne reconnaissait pas le rôle des emballages dans la conservation de la nourriture, de nature à réduire les déchets organiques.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus