Les électrosensibles inquiets des compteurs Linky

Le 08 octobre 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
35 millions de foyers d'ici 2021
35 millions de foyers d'ici 2021

Les électrosensibles pourront-ils refuser la pose de compteurs électriques Linky à leur domicile? C’est ce que demandent le Collectif des électrosensibles de France et l’association Priartém, qui se disent confortés en ce sens par le ministère de la santé, suite à une rencontre mercredi 7 octobre avec la direction générale de la santé (DGS).

Pour ERDF, l’objectif est d’équiper 35 millions de foyers avec ces nouveaux compteurs communicants d’ici 2021, et ce dès la fin de l’année. Testé depuis 2009, Linky est déjà présent dans 300.000 foyers, dans l’agglomération lyonnaise et dans des communes rurales d’Indre-et-Loire.

L’inquiétude est grande chez les associations d’électrosensibles et anti-ondes, qui y voient une nouvelle source de pollution électromagnétique. Dans un courrier envoyé début juillet aux ministres Marisol Touraine (santé) et Ségolène Royal (écologie), elles demandaient un moratoire sur les compteurs Linky et Gazpar (équivalent pour le gaz, développé par GrDF), dont la sécurité sanitaire reste selon elles à évaluer.

Pas de moratoire, leur a répondu la DGS lors d’un entretien accordé mercredi 7 octobre au Collectif des électrosensibles de France et Priartém. En revanche, elle s’est engagée à demander à ERDF qu’il «tienne compte de la question des électrosensibles», et qu’il «fasse preuve d’indulgence avec eux», a indiqué Janine Le Calvez, présidente de Priartém, auprès du JDLE.

Linky, «un bien public» pour ERDF

En l’état, un particulier pourrait-il refuser la pose d’un compteur Linky à son domicile? Pas vraiment. Le compteur Linky fait «partie d’un système», explique ERDF au JDLE: Il n’appartient pas à la personne chez qui il est posé, mais constitue un bien public. Quant à la possibilité que les électrosensibles puissent être exemptés avec l’aval de l’Etat, ERDF dit être «une entreprise de service public, qui respecte les textes de loi».

Pour ERDF, les électrosensibles n’ont cependant «aucune raison de refuser» un dispositif qui ne «représente aucune menace pour la santé». Les compteurs Linky «émettent des ondes électromagnétiques comme tout objet électrique de la maison, et même moins qu’une télévision, qu’un four micro-ondes ou qu’une box internet», ajoute ERDF. Autant d’objets dont les électrosensibles sont obligés de se passer.

Ces appareils recourent à la technologie du courant porteur en ligne (CPL), qui permet d’envoyer des informations dans les câbles du réseau électrique, et tiennent ainsi ERDF au courant des consommations individuelles. Il n’y a donc pas d’ondes GSM ou Wifi, et le compteur «n'émet pas d’informations en continu, mais seulement quelques secondes par jour», ajoute ERDF.

Autre demande des associations, le ministère a saisi l’Anses afin qu’elle dresse «un état des lieux technique et scientifique sur les rayonnements émis et les réseaux nécessaires ainsi que des propositions pour la recherche et la surveillance», annoncent les associations. Janine Le Calvez y voit un premier succès: «l’aspect  sanitaire est officiellement reconnu». L’avis de l’Anses pourrait être publié début 2016.

[1] Anses: Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus