Les électro-intensifs paieront leur courant moins cher

Le 10 avril 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les aciéristes français bénéficient d'un électron moins cher.
Les aciéristes français bénéficient d'un électron moins cher.
DR

Chez les industriels gros consommateurs d’électricité, l’heure n’est pas à la transition énergétique, mais à la compression des coûts.

Depuis 2010, 27 aciéristes, fondeurs d’aluminium, chimistes, producteurs de gaz industriels ou de papier ont chargé la société Exeltium de négocier pour leur compte l’achat de très gros volumes d’électricité sur de longue période avec EDF[1]. But de l’opération: bénéficier d’un prix compétitif et stable sur des périodes pouvant atteindre 24 ans.

311 térawattheures

Problème: Exeltium avait bouclé son plan de financement en 2010, en pleine sortie de la crise financière. «A l’époque, les banques prêtaient peu et uniquement à court terme», rappelle Edouard Oberthur, directeur des opérations d’Exeltium. L’entreprise a donc renégocié sa dette senior à hauteur de 1,435 milliard d'euros.

Ce refinancement se compose d'1 Md€ obtenu auprès de 11 institutions financières, dont BNP Paribas, CaixaBank, Natixis ou Société Générale, et 435 M€ obtenus auprès d'investisseurs institutionnels, précise l’entreprise dans un communiqué.

«Cela nous permettra de revendre l’électricité à nos clients à un prix très substantiellement inférieur au précédent et sur un horizon plus long», conclut Edouard Oberthur.



[1] 311 térawattheures sur une période de 24 ans

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus