Les électriciens européens alourdissent leur bilan carbone

Le 04 décembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
RWE est le plus gros émetteur de CO2 du secteur électrique européen.
RWE est le plus gros émetteur de CO2 du secteur électrique européen.
RWE

Alors que les Européens s’écharpent sur leur future politique énergétique, les compagnies de production d’électricité voient leurs performances carbone reculer.

L’an passé, souligne l’étude annuelle que PWC consacre au Facteur Carbone des électriciens de l’UE, les électriciens ont produit 2.093 térawattheures, contre 2.127 TWh, en 2011. La faute, bien sûr, en revient au climat économique morose, notamment dans les économies des pays du Sud: Espagne, Grèce, Italie et Portugal.

A contrario, ces géants de l’électricité ont rejeté dans l’atmosphère 732 millions de tonnes de gaz carbonique (Mt CO2), soit 5 millions de plus que l’année précédente (+0,6%). «12 des 20 sociétés étudiées présentent une hausse de leur facteur carbone (jusqu’à +47% pour EnBW). Cette hausse est due à l’augmentation de l’intensité carbone de l’énergie non renouvelable (+ 5,5%), compensée en partie par la réduction de la part d’électricité d’origine non renouvelable dans le mix énergétique (-3,5%)», analysent les auteurs du rapport.

Globalement, pour produire 1 kilowattheure, les électriciens européens rejettent désormais 350 grammes de CO2, contre 343 g en 2011. Ces chiffres seraient bien plus importants encore (452 g) en ne prenant pas en compte les performances hors normes du groupe EDF.

Avec 159 Mt CO2, l’allemand RWE reste le premier émetteur du secteur, devant son compatriote E.ON (86 Mt CO2), le germano-suédois Vattenfall (85 Mt CO2), l’italien Enel (79 Mt CO2) et le franco-belge GDF Suez (55 Mt CO2). A elles 5, ces entreprises relâchent pratiquement autant de dioxyde de carbone que la France.

Les moins bons facteurs carbone sont ceux du grec DEI (1.174 g CO2/kWh), du britannique Drax et son unique centrale au charbon (882 g CO2/kWh), de RWE (785 g CO2/kWh), du britannique Scottish and Southern (531 g CO2/kWh) et du portugais EDP (496 g CO2/kWh).

Dans le haut du classement figurent le norvégien Statkraft (8 g CO2/kWh), le finlandais PVO et son nucléaire (39 g CO2/kWh), l’autrichien Verbund (82 g CO2/kWh), le groupe EDF (90 g CO2/kWh) et le finlandais Fortum (91 g CO2/kWh).

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus