Les électriciens espagnols en déficit sérieux de quotas de CO2

Le 19 avril 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les compagnies électriques espagnoles ont émis en 2005 deux fois plus de dioxyde de carbone que ce que prévoit le Plan national d’allocation des quotas (Pnaq). Entre 2005 et 2007, les engagements nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre prévoyaient un quota pour le secteur de 5,6 millions de tonnes de CO2 équivalent pétrole (Mteq). Or les électriciens en 2005 en ont émis le double, soit 11,5 Mteq. En outre, Madrid a reconnu auprès de la Commission européenne que les émissions polluantes espagnoles en 2004 n’étaient pas 45,6%, mais 47,8% supérieures à celles de 1990. En cause, la sécheresse qui a contraint les compagnies à recourir au gaz, au charbon et au fioul pour pallier la pénurie de production des centrales hydrauliques. La part du charbon est ainsi montée à 57% en 2005 plutôt que les 52% prévus par le Pnaq, tandis que celle du fioul a atteint 7% plutôt que les 2% autorisés; alors que les centrales à cycle combiné au gaz, qui auraient dû représenter 46%de la production totale d’électricité, n’y ont contribué qu’à hauteur de 36%. Il se trouve que la substitution des technologies polluantes (charbon et fioul) par des énergies renouvelables a bien eu lieu en fonction des prévisions du gouvernement, mais pas en termes d’installation au gaz, d’où le déficit de droits d’émission que doivent supporter les compagnies. Le Basque Iberdrola, par exemple, impute 34 millions d’euros au déficit de quotas.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus