- 

Les effets de la limitation des vols de nuit

Le 31 mars 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La réduction des vols de nuit, prévue par une directive européenne, devrait avoir un impact économique. Un rapport, publié sur le site de la direction générale des transports, expose une méthode pour évaluer ces conséquences.

Un rapport de la direction générale des transports de la Commission européenne, publié la semaine dernière, porte sur l'évaluation des conséquences économiques des restrictions des vols de nuit dans les aéroports. Il expose les différents aspects économiques relatifs aux vols de nuit et propose une méthodologie d'analyse. Destinée à aider les autorités des membres de l'Union européenne (UE), l'évaluation de l'impact économique des restrictions des mouvements nocturnes doit constituer une base à la directive 2002/30/CE sur le bruit des aéroports (1).

L'étude se concentre sur l'importance des vols de nuit pour l'industrie et les coûts économiques liés aux prochaines restrictions, et se base sur les 76 aéroports. 8% des mouvements aériens ont lieu entre 23 heures et 7 heures du matin, dont 60% sont des jets. Les vols de jet sont concentrés en toute fin de soirée (23h-0h) et tout début de matinée (6h-7h), correspondant aux journées de travail des passagers. Il s'agit d'une clientèle tout aussi essentielle à l'économie des opérateurs de courts-courriers que les vols des hommes d'affaires. Les courts-courriers représentent un tiers des mouvements aériens nocturnes, contre 13,6% pour les longs-courriers. Les vols de tourisme constituent presque 21% de l'industrie de ces vols de nuit et le courrier express 13,6%.

La méthode d'évaluation proposée dans le rapport doit tenir compte des impacts directs en termes d'emploi, mais aussi indirects avec la création de postes hors de l'aéroport par les fournisseurs, tout comme les emplois induits et catalytiques –générés par l'amélioration de la productivité, l'attraction des investissements et le tourisme. L'étude estime entre 360.000 et 500.000 le nombre de postes qui dépendent des vols de nuit.



(1) La directive 2002/30/CE du 26 mars 2002 sur l'établissement de règles et de procédures concernant l'introduction de restrictions d'exportation liées au bruit dans les aéroports de la Communauté.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus