Les éboueurs en grève dans l’Hexagone

Le 06 juin 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'incinérateur d'Ivry Paris XIII est à l'arrêt depuis le 31 mai
L'incinérateur d'Ivry Paris XIII est à l'arrêt depuis le 31 mai

Paris, Martigues, Nantes, Saint-Etienne… La grève des éboueurs s’est étendue depuis le 30 mai dans l’Hexagone, forçant les syndicats de traitement à revoir leur stratégie de valorisation des déchets.

 

Opposés à la loi El Khomri, les éboueurs et les égoutiers entament leur deuxième semaine de blocage de l’usine d’incinération d’Ivry-Paris XIII, la plus grande d’Europe. Névralgique, l’installation accueille habituellement 50% des ordures ménagères collectées à Paris et 100% des OMR de 14 communes franciliennes.

«On a arrêté les fours à partir du 31 mai et organisé le détournement des déchets vers d’autres incinérateurs, Saint-Ouen et Issy-les-Moulineaux en priorité, ainsi que vers le centre de transfert de Romainville», explique Patrice Furé, directeur de cabinet du président du Syctom[1].

 

Recours d’urgence à l’enfouissement

 

Environ 1.700 tonnes de déchets arrivent chaque jour à Ivry pour être brûlés. Une partie a donc été éliminée par les autres incinérateurs parisiens, tandis que le reste a été envoyé dans des centres d’enfouissement franciliens, «lorsque les incinérateurs ont à leur tour été bloqués (les 2, 3 et 6 juin, ndlr) et pour des raisons sanitaires, quand les ordures ménagères étaient trop humides à cause de la crue de la Seine». «Le blocage d’Ivry n’a pas stoppé la collecte mais l’a complexifiée», résume Patrice Furé.

Ce scénario provisoire se trouve toutefois perturbé avec le démarrage d’une autre grève, ce 6 juin, au sein de 4 des 6 garages parisiens des camions-bennes. «Ce blocage a empêché 300 véhicules de partir ce matin pour réaliser leur tournée», affirme Baptiste Talbot, secrétaire de la CGT Services publics.

Selon le syndicat, 4 sites de traitement sont également bloqués à Saint-Etienne. La collecte est paralysée dans l’agglomération, sauf dans le centre-ville où la municipalité a eu recours à une société privée. A Martigues et dans l’Ariège, le traitement est également stoppé en raison du blocage des installations. Un nouveau préavis de grève a été déposé pour le 14 juin par la CGT Services publics, dans le secteur de la collecte et du traitement des déchets.



[1] Le Syctom est aussi l’Agence métropolitaine des déchets ménagers

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus