Les eaux usées non traitées servent souvent à irriguer

Le 22 août 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
irrigation
irrigation

Une enquête rendue publique lors de la Semaine mondiale de l’eau montre que dans 80% de 53 villes de pays en développement prises en compte, les eaux usées non traitées ou partiellement traitées sont utilisées pour l’irrigation des terres agricoles urbaines.

L’Institut international de gestion de l’eau (IWMI), qui a analysé les témoignages d’experts locaux sur la gestion de l’eau, estime que si de telles pratiques peuvent présenter des risques pour la santé des agriculteurs et des consommateurs de produits alimentaires, leur interdiction ou la mise en place de directives plus strictes sur la qualité de l’eau «pourraient être préjudiciables aux consommateurs et agriculteurs urbains et à d’autres groupes qui sont tributaires de l’agriculture urbaine», en termes de revenus et de sécurité alimentaire.

Selon le rapport, il existe des méthodes à faible coût qui permettent de réduire le risque sanitaire dans les pays n’ayant pas les moyens de traiter leurs eaux usées, par exemple le lavage soigneux des produits frais. En Indonésie ou encore au Ghana, les agriculteurs stockent les eaux usées dans des étangs, ce qui diminue la quantité de bactéries.

La 18e édition de la Semaine mondiale de l’eau qui a lieu du 17 au 23 août à Stockholm (Suède) a pour thème «Progrès et perspectives dans le domaine de l'eau: pour un monde plus propre et plus sain». Elle est organisée par l’Institut international de l’eau de Stockholm (SIWI), plateforme de partage des connaissances dont les programmes et activités ont pour but de trouver des solutions durables à la crise de l’eau qui s’intensifie.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus