Les données écologiques doivent être encadrées pour être libérées

Le 29 mars 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Un sujet qui s'impose aux politiques
Un sujet qui s'impose aux politiques

Dans une note présentée ce 29 mars à la presse, la Fabrique écologique dresse la feuille de route d’une utilisation réussie des données écologiques au service de la transition.

 

La convergence des mondes du numérique et de l’écologie ne peut s’opérer sans quelques ajustements, selon les travaux menés par la Fabrique écologique sous la houlette d’Odile Ambry, présidente d'honneur de l’Internet Society France[1] et directrice de l'agence Tocsin.

 

Protéger

A commencer par la protection, par un statut spécifique, des données écologiques, issues d’une captation en milieu naturel. Objectif: assurer leur libre accès et leur gratuité. «Ce principe devra s’étendre aux schémas techniques des capteurs utilisés pour récolter les données», ajoute la synthèse du think tank présidé par Géraud Guibert. Cette libération peut être conduite par des mouvements citoyens, sur le modèle de l’association European Water qui est parvenue à faire changer la constitution italienne pour empêcher la privatisation de l’eau. Les données, la prochaine lutte pour des biens communs?

 

Piloter

Pour faciliter le tri et l’exploitation des données, Odile Ambry suggère aussi de créer un coordinateur à l’échelle locale. Ce ‘green data officer’ ferait l’objet d’un nouveau poste au sein des collectivités locales, les plus à même de piloter la transition écologique de façon transversale. Ce trait d’union entre le monde du numérique et celui de l’écologie pourrait infuser les politiques locales.  

 

Légiférer

Quelques verrous doivent aussi sauter, dont l’empilement réglementaire qui rend parfois contradictoires les textes applicables aux données. Le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité Enedis doit ainsi partager des données au nom de la loi sur la transition énergétique et de la loi Lemaire, mais la loi de programmation militaire les restreint au nom de la sécurité intérieure. Le projet de loi sur la sécurité des données personnelles[2], en cours d’examen par les parlementaires, offre d’ailleurs l’occasion de lancer le débat sur les frontières des données écologiques publiques.

 



[1] Association créée en 1992 par les pionniers de l’internet pour promouvoir et coordonner le développement des réseaux dans le monde

[2] Projet de loi de transposition du règlement européen sur la protection des données (RGPD)

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus