Les difficultés des petites centrales hydroélectriques

Le 24 mai 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les exploitants des futures petites centrales hydroélectriques se plaignent des lenteurs administratives: l'étude d'un dossier demande cinq à sept ans. Cette durée devrait toutefois être ramenée à deux ans grâce aux nouvelles procédures, selon le Groupement des producteurs autonomes d'énergie hydroélectrique (GPAE). L'énergie hydroélectrique, alternative aux énergies fossiles et au nucléaire, souffre d’une autre difficulté: l'absence d'un marché solide. EDF est obligée de racheter le courant pendant 15 ans, mais au-delà elle préfère se rabattre sur des unités produisant des volumes plus importants. On compte en France 1.700 petites centrales gérées par des PME qui totalisent une puissance de 1.800 mégawatts (MW), ce qui représente une centrale nucléaire. La directive européenne sur les énergies renouvelables nécessite une augmentation de la production de 1.000 MW d'ici 2010.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus