Les députés relancent la rénovation du bâtiment

Le 25 septembre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Objectif : un parc totalement BBC d'ici à 2050.
Objectif : un parc totalement BBC d'ici à 2050.

Cécile Duflot n’a pas abandonné le bâtiment. Dans la nuit de mercredi à jeudi 25 septembre, l’ancienne ministre écologiste du logement a fait adopter par la commission spéciale de l’Assemblée nationale un amendement au projet de loi sur la transition énergétique fixant l'objectif d'un parc immobilier entièrement rénové aux normes «bâtiment basse consommation» (BBC) à l'horizon 2050[1].

Les lois Grenelle I et II obligent déjà, avant 2020, à réduire de 38% la consommation d’énergie de l’ensemble du parc de bâtiments existant. Elles fixent aussi, pour 2017, un objectif de 500.000 rénovations lourdes par an. La loi Grenelle II oblige à rénover le parc tertiaire, public et privé, avant 2020.

Priorité aux ménages modestes

Sur proposition d'une autre rapporteure, Marie-Noëlle Battistel (PS), il a été précisé que la politique de rénovation thermique devait viser «des logements dont au moins la moitié est occupée par des ménages à revenus modestes». Cette précision satisfait les demandes de divers députés PS, UMP et radicaux de gauche, d'inscrire dans le texte l'objectif de la rénovation thermique prioritaire des logements des foyers modestes.

Ces dispositions se sont heurtées au scepticisme de Bertrand Pancher (UDI) et du chevènementiste Jean-Luc Laurent (apparenté PS). Ce dernier est «pour le volontarisme, mais de là à dire que l'ensemble du parc immobilier sera rénové en 2050, même ça on ne l'a pas mis dans la loi Alur» sur le logement, s'est-il exclamé, jugeant «pas réaliste» ce qu'ont fixé ses collègues.

Empreinte carbone

Coïncidence: c’est précisément ce jeudi que le plan Bâtiment durable a publié ses recommandations pour la création de nouveaux labels de bâtiments responsables. Dans un petit rapport, le groupe de réflexion, présidé par l’avocat Philippe Pelletier, recommande notamment de ne pas se focaliser sur les performances énergétiques des immeubles. «Le bâtiment responsable de demain ne sera pas seulement un bâtiment sobre en énergie, mais aussi bien connecté à son territoire, soucieux de son empreinte carbone et de faible utilisation de matières primaires dans tout son cycle de vie, anticipant des mutations possibles comme sa déconstruction», écrivent les rapporteurs.

Sur le modèle de la certification HQE, les experts préconisent une logique de passages obligés (caractéristique Bepos, empreinte carbone, qualité de l’air) et une logique d’incitation (confort acoustique, économie d’eau, chantier vert).

 



[1] Après rénovation BBC, les logements devront consommer entre 64 et 120 kilowattheures par mètre carré  et par an.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus