Les délires de la corne de rhino

Le 02 février 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les cornes de rhinocéros continuent de susciter l’envie. L’an passé, 450 rhinocerotidés ont été abattus en Afrique du Sud pour leur précieux appendice, contre 13 en 2007.

 

En Asie, leur monticule de kératine est, en effet, paré de toutes les vertus. Réduit en poudre, il guérit tous les cancers, fait baisser la fièvre et redonne vigueur sexuelle. Pas étonnant qu’au marché noir, le kilogramme de poudre de corne de rhinocéros atteigne désormais les 40.000 dollars (30.500 euros).

 

La lutte contre le braconnage est, malgré tout, féroce. Trois braconniers mozambicains, qui avaient été pris en flagrant délit dans le parc sud-africain de Kruger, viennent d’être condamnés à 25 ans de détention.

 

Tous n’ont pas cette «chance». Sur les 232 chasseurs illégaux interceptés, dans les parcs nationaux d’Afrique du Sud, 26 sont morts après avoir fait feu sur les forces de l’ordre.

 

Et cela n’est sans doute pas fini. L’Afrique du Sud abrite, en effet, la plus importante population de ces mammifères cornés: plus de 20.000 individus.

 

Les animaux sauvages ne sont pas les seuls à devoir être protégés des malfrats. Une unité spécialisée de la police britannique vient d’alerter les 15 zoos du Royaume des risques qu’ils encourent à abriter des rhinocéros.

 

Les parcs animaliers ne sont pas les seules cibles. Au mois de juillet dernier, rapporte The Independent, des cambrioleurs ont dérobé 18 cornes au musée d’Ipswich. Auparavant, des têtes de rhino naturalisées avaient été volées dans l’Essex et le Surrey.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus