Les déchets de Xynthia

Le 04 octobre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

C’est un aspect de l’après-catastrophe rarement évoqué. Pourtant, la bonne gestion des déchets est un élément important pour permettre aux victimes de retrouver au plus vite une vie normale et éviter de nouvelles pollutions de l’environnement.

 

C’est tout le sens du rapport sur « les déchets de la tempête Xynhtia », publié ces jours-ci. Réalisé par Robin des bois à la demande de l’Ademe, ce document d’une centaine de pages résume la difficulté pour les acteurs locaux de ne pas se laisser déborder par l’ampleur de la tâche.

 

En s’appuyant sur une longue enquête de terrain, les limiers de l’ONG ont pu déterminer les tonnages des différentes fractions générés sur le territoire des communes sinistrées. Et ceux-ci ne sont pas négligeables : plus de 6.000 tonnes de résidus de toutes natures (gravats, ferrailles, DEEE, bois, tout-venant, déchets de pharmacie). Sans compter 6.500 véhicules hors d’usage et 70 tonnes de cadavres d’animaux. Difficile à gérer pour des entreprises, des exploitations agricoles et des petites communes dont les services sont souvent désorganisés par le cataclysme et ses conséquences.

 

Retrouvez la suite de cet article sur le blog du Salon Pollutec 2010

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus