Les décharges britanniques risquent de coûter cher

Le 31 juillet 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
«Il y a un risque significatif que les autorités locales anglaises échouent à réduire leur taux de déchets biodégradables mis en décharge et ne respectent pas les objectifs européens.» Il s’agit de la conclusion d’un rapport de l’Office national de l’audit britannique, chargé de vérifier la situation financière des institutions publiques pour le compte du Parlement. Pour parvenir aux exigences de l’Union, les Anglais devraient réduire leur tonnage de déchets biodégradables dans les centres d’enfouissement d’au moins 3,5 millions de tonnes d’ici 2010, et 3,7 millions d’ici 2013. D’après les calculs de l’office, les collectivités locales échoueraient à hauteur de 270.000 tonnes en 2010 (l’équivalent de 225.000 foyers), et de 1,4 million de tonnes (1,2 million de foyers) en 2013. Ce qui entraînerait une lourde facture pour le gouvernement: les institutions européennes pourraient réclamer jusqu’à 40 millions de livres (89 millions d’euros) par an à partir de 2010, puis 205 millions de livres (300 millions d’euros) dès 2013. Actuellement, 75% des déchets ménagers britanniques finissent en décharge, soit le taux le plus élevé de l’Union après la Grèce. Le ministère chargé de l’environnement, le Defra, donne bien des aides aux collectivités (336 millions de livres ou 492 millions d’euros en 2002/2003 puis en 2004/2005), mais l’Office national estime qu’une hausse de 40% de ces contributions serait nécessaire.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus