Les Ddass face à l'air intérieur

Le 31 mai 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Prenant conscience de l'enjeu sanitaire lié à la pollution des espaces clos, le ministère chargé de la santé vient de rendre public une enquête sur les sollicitations auxquelles doivent faire face les Ddass et les SCHS.

Dans une circulaire du 5 avril 2005, la Direction générale de la santé a rendu publics les résultats d'une enquête menée de juillet 2004 à janvier 2005 et à laquelle ont répondu 70 des 100 Directions départementales des affaires sanitaires et sociales (Ddass), ainsi que 60% des 208 services communaux d'hygiène et de santé (SCHS). 97% des Ddass et 93% des SCHS déclarent recevoir «souvent» des plaintes liées à l'humidité. Il s'agit du premier motif devant la ventilation (52% des Ddass et 75% des SCHS). Les plaintes concernant les produits de construction et les produits chimiques restent marginales puisque plus de 90% des organismes n'en reçoivent jamais ou rarement.

D'une manière générale, les réponses montrent une méconnaissance du problème de la qualité de l'air intérieur. Ainsi, est-il noté dans la circulaire, «l'interprétation de ce qu'est une plainte liée à l'air intérieur introduit un biais important dans les réponses faites à ce questionnaire. Par exemple, certains services déclarent pour la première question (Q1: Recevez-vous des plaintes relatives à la qualité de l'air intérieur?) qu'ils n'en reçoivent pas, mais ils déclarent ensuite recevoir souvent des plaintes pour humidité!» En outre, les services estiment que le manque de dispositif réglementaire apparaît comme un obstacle pour traiter les plaintes liées à l'air intérieur.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus