Les dangers du tourisme spatial

Le 25 octobre 2010 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Richard Branson est-il atteint de schizophrénie ? Le bouillonnant patron du groupe Virgin est l’un des créateurs de l’ Earth Challenge, un prix doté de 25 millions de dollars (millions d’euros), à toute personne ayant créé un système permettant de lutter efficacement contre le renforcement de l’effet de serre.Parallèlement, l’ancien aérostier développe des activités qui contribuent, précisément, à renforcer l’effet de serre. La dernière en date n’est pas la moins médiatique.

Vendredi 22 octobre, Richard Branson a inauguré, dans le désert du Nouveau-Mexique, la piste du premier aéroport spatial, d'où décolleront des mini-navettes qui emmèneront les passagers de vols sub-orbitaux.Déjà propriétaire d’une compagnie aérienne, Richard Branson se lance dans le tourisme spatial. Une activité à très haut risque climatique, souligne une étude parue le même jour dans les Geophysical Research Letters.

Malgré le faible nombre de vols annoncé (deux par jour en vitesse de croisière), l’activité de Virgin Galactic aura de graves conséquences sur le climat de l’hémisphère nord. Dans leur article, Martin Ross (Aerospace Corporation), Michael Mills (Earth System Laboratory, à Boulder, USA) et Darin Toohey (université du Colorado à Boulder) montrent que le vol d’un millier de mini-navettes par an déposerait dans la haute atmosphère une fine couche de suies : des particules qui captent très efficacement l’énergie solaire.Outre leurs performances thermiques, ces suies restent en l’air des années durant.

Résultat : elles s’étendront bien au-delà de leur point d’émission. Selon les calculs réalisés par les trois chercheurs, la température moyenne pourrait s’accroître de 0,4°C dans les zones tropicales et de 0,2°C à 1°C dans les régions polaires. Mais ce n’est pas tout. Ces particules réduiraient aussi la concentration de molécules d’ozone au-dessus des zones tropicales, mais augmenteraient la concentration de ces mêmes molécules anti-UV au dessus des pôles.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus