Les cultures OGM diminuent en Europe, mais pas dans le monde

Le 23 février 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

La culture des plantes génétiquement modifiées continue de baisser en Europe: -23% en 2010 par rapport à 2008, indique un rapport publié le 22 février par les Amis de la terre International. Parallèlement, les plantations d'organismes génétiquement modifiés (OGM) ont augmenté dans le monde de 10% en 2010 par rapport à l'année précédente, selon une étude de l'organisation internationale de promotion des biotechnologies végétales, (Isaaa, selon son sigle anglais) dévoilée le 22 février à Sao Paulo.

Le rapport des Amis de la terre intitulé «Qui tire profit des plantes GM?» montre que moins de 0,06% des champs européens sont plantés d’OGM. Les seules cultures autorisées (le maïs MON810 de Monsanto et la pomme de terre Amflora de l'Allemand Basf) ne couvraient plus que 82.254 hectares en 2010, contre 106.739 ha en 2008 dans les 8 pays[1] de l'UE autorisant ces plantations.

«L’opposition aux plantes et aliments GM est très répandue et ne cesse de s’amplifier en Europe. Les agriculteurs et les citoyens ne voient dans les plantes GM aucun avantage, mais plus de risques pour leur santé et l’environnement», selon Mute Schimpf chargée de la campagne Alimentation des Amis de la terre Europe. L’opposition des citoyens aux OGM a en effet augmenté pour atteindre 61% dans l’ensemble de l’Union européenne, et 169 régions, 123 provinces et départements ainsi que 4.713 conseils municipaux se sont officiellement déclarés «zones dépourvues d'OGM» dans l'UE.

Cette situation est très différente aux Etats-Unis, avec ses 66,8 millions ha de soja, maïs, coton, betterave ou encore courges transgéniques. Et l'an dernier, 15,4 millions d'agriculteurs de 29 pays ont planté des OGM sur une surface de 148 millions ha, selon l’Isaaa, qui se réjouit de la multiplication des surfaces plantées dans les pays en voie de développement.

Mais pour les Amis de la terre, les chiffres donnés par l’Isaaa sont à prendre avec beaucoup de recul. «L’Isaaa a été partiellement fondée par des corporations de biotechnologies comme Monsanto et Bayer, ainsi que par des instances gouvernementales américaines pro-OGM. Les données délivrées ignorent l’inefficacité des OGM, qui n’ont pas réglé le problème de la faim dans le monde mais au contraire accentué l’usage de pesticides et détruit les fermiers les plus pauvres», peut-on lire dans le rapport.

Si le Brésil arrive en deuxième position des pays qui plantent le plus d’OGM, avec 25,4 millions ha de soja, maïs et coton transgéniques plantés (un chiffre en hausse de 19% par rapport à 2009 selon l’Isaaa), le gouvernement brésilien vient de lancer un programme de soja sans OGM, rappellent les Amis de la terre. L’objectif est d’aider les agriculteurs à avoir accès à des semences non-OGM.

«Les agriculteurs et les citoyens de l’Amérique du Sud doivent supporter le fardeau de 10 années de culture GM avec leur cortège de catastrophes sanitaires et des coûts qui ne cessent de grimper. Les promesses sur lesquelles l’industrie des biotechnologies s’est bâtie sont en train de s’écrouler», selon Martin Drago, coordinateur du programme Souveraineté alimentaire de la Fédération internationale des Amis de la terre.

En Argentine, les épandages d’herbicide près des habitations ont été interdits après que de nouvelles études ont montré que le glyphosate, l’herbicide utilisé sur la majorité des OGM dans le monde, pouvait avoir de graves conséquences sur la santé humaine. En Uruguay, certains districts se sont déclarés «zones sans OGM».

Le rapport montre également qu’une «nouvelle génération de plantes GM conçues pour favoriser l’utilisation de pesticides dangereux comme le Dicamba et le 2,4D, est prête pour la commercialisation aux Etats-Unis». Or, selon la promotion des compagnies de biotechnologies, ces OGM devraient remplacer les OGM existants qui ont échoué à contrôler les mauvaises herbes et à réduire l’usage des pesticides.



[1] l’Espagne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, la Pologne, la Slovaquie, la Suède et l’Allemagne



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus