Les croisés des transports

Le 27 mai 2019 par Victor Miget
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les transports ont leurs représentants au Parlement européen.
Les transports ont leurs représentants au Parlement européen.
DR

Troisième mandat consécutif pour Karima Delli et Dominique Riquet, membres de la commission des transports et du tourisme. Un premier pour Fabienne Keller, jusque-là habituée de la politique locale et nationale, qui décroche un siège au Parlement européen.

 

Karima Delli (Europe Ecologies-Les Verts): mobilité durable 

A 40 ans, Karima Delli, (6e de liste pour les élections européennes 2019), rempile pour un troisième mandat. Elue pour la première fois en 2009, elle avait été réélue en 2014 en tête de liste EELV de l’euro-région Nord. Elle occupait le poste de présidente de la commission des transports et tourisme depuis janvier 2017 et travaillait notamment sur les questions de mobilité durable. A noter d'ailleurs son rapport de 2015 pointant l’impact des moteurs diesel et essence sur la qualité de l’air. La même année, c'est encore elle qui avait demandé l'ouverture d’une commission d’enquête au Parlement européen concernant les fraudes aux tests anti-pollution –le fameux (fumeux ?) dieselgate. La commission avait révélé que 70 millions de véhicules étaient concernés par le scandale. A la suite de cela, l’eurodéputée avait dessiné une feuille de route pour repenser les transports et la mobilité en Europe: «Dieselgate, repenser la mobilité sans diesel». Elle défend également la taxation du kérosène du transport aérien.

Dominique Riquet (Renaissance): infrastructures et financement

Membre du mouvement radical, Dominique Riquet entame lui aussi un troisième mandat (16e sur la liste). Depuis 2009, il est vice-président de la commission des transports et du tourisme, ainsi que membre titulaire de la commission des budgets. Il est aussi membre suppléant de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie et président de l’intergroupe parlementaire dédié aux investissements de long terme.

En 2009, il a notamment travaillé sur le financement de grands projets d’infrastructure. Il est devenu rapporteur du ‘mécanisme pour l’interconnexion en Europe’ (fonds doté de 30 milliards d’euros sur 7 ans pour financer les réseaux européens de transport, énergie et télécommunications). C'est lui qui a obtenu le financement à hauteur de 40% par des fonds européens du canal Seine-Nord Europe. Maire-adjoint de la ville de Valenciennes pendant deux décennies (1982 à 2002), il en était devenu le maire à part entière en 2002 jusqu'en 2012.

Fabienne Keller (Renaissance): gestion des flux

Sénatrice du Bas-Rhin depuis 2005, Fabienne Keller tient la 7e place de la liste Renaissance (22,41% des voix). Adhérente de l'UDF en 1991, elle est élue au conseil général du Bas-Rhin, puis au conseil régional. Elle devient maire de Strasbourg en 2001.

En septembre 2008, elle est en charge d'une mission temporaire auprès du ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire, ainsi que de la ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi. Elle travaille alors sur le ‘concept de gare contemporaine’. Le rapport qu'elle rend en 2009 préconise des investissements pour développer de grandes gares multimodales. En 2018, la sénatrice a rendu public son rapport d’information sur les «outils financiers permettant d’optimiser la gestion des flux de transport en milieu urbain». Rapport qui prônait l’instauration de «tarifs de congestion» . Les fameux péages urbains.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus