Les cours d’eau américains boivent la tasse

Le 23 juillet 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'état physico-chimique et biologique des cours d'eau à la loupe.
L'état physico-chimique et biologique des cours d'eau à la loupe.

Le bureau géologique américain (US Geological Survey) vient de rassembler dans un rapport tous les travaux scientifiques relatifs à l’évaluation de l’état chimique, physique et biologique des 6,5 millions de kilomètres de cours d’eau qui parcourent les Etats-Unis. Les algues, les macro-invertébrés (larves d'insectes, mollusques, crustacés) et les poissons ont été scrutés, car ils sont les habitants permanents de ces milieux, à même de subir et traduire les changements chimiques et physiques de l’environnement.

 

Le constat est inquiétant. Deux tiers des estuaires des Etats-Unis sont affectés par les nutriments et les zones mortes [JDLE] qui ne peuvent plus accueillir des poissons en bonne santé. 42% des cours d’eau du pays sont dégradés ou dans un piètre état comparés aux conditions de référence. Dans 80% des cours d’eau en milieu urbain, on retrouve au moins un pesticide dont le taux dépasse la norme retenue pour la protection de la vie aquatique. La nappe phréatique qui alimente 20% des puits –tant publics que privés et qui desservent 150 millions de personnes- contiennent au moins un contaminant à un niveau qui peut être dommageable pour la santé.

 

A ces questionnements autour de la santé publique s’ajoutent des dimensions économiques d’importance, comme la pêche et les activités touristiques. La pêche sportive génère annuellement des bénéfices de l’ordre de 125 milliards de dollars (94,5 Md€) et permet à 1 million de personnes de travailler, rappelle le U.S Geological Survey.

 

Le rapport estime à 17% de l’ensemble les zones non altérées au plan biologique, et ce même dans des zones urbaines et/ou agricoles, «ce qui suggère qu’il est possible de maintenir la santé des cours d’eau en pleine zone d’influence humaine».

 

Cette somme d’études s’inscrit dans un projet plus vaste encore, avec trois rapports -déjà publiés- consacrés à l’occurrence et à la distribution des nutriments, des pesticides et des composés organiques volatils dans les cours d’eau et les aquifères; les effets des contaminants et des altérations des courants sur les conditions de vie des organismes aquatiques; et la qualité des eaux usées non traitées et de l’eau potable (disponibles ici).

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus