- 

Les coraux rendus malades par les lignes de pêche

Le 03 juin 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le blanchiment des coraux
Le blanchiment des coraux

En Australie, les coraux situés dans les zones protégées, là où la pêche est interdite, souffrent 4 fois moins de maladies, révèle une étude publiée dans la revue Ecology. Explication: les lignes de pêche, en blessant le corail, le rendraient plus vulnérable à ses pathogènes.

Si les aires marines protégées (AMP) permettent de maintenir les effectifs de poissons, c’est la première fois qu’une étude démontre leur intérêt pour les coraux. Menée par l’équipe de Bette Willis, de l’université James-Cook à Townsville (Queensland), elle révèle que ceux situés dans les AMP sont en bien meilleure santé que ceux de zones non protégées.

Les chercheurs ont analysé plus de 80.000 coraux autour des îles Whitsundays, au large du Queensland, y scrutant la présence de maladies. Résultat: seul 1% du corail situé dans des zones protégées sont atteintes, par exemple de blanchiment ou de maladie de la gelée brune, contre 4% en moyenne pour leurs congénères mal placés, voire 9% dans certains endroits.

Les lignes de pêche étranglent le corail

Selon les chercheurs, ce sont les lignes de pêche qui seraient responsables de cette différence. Retrouvées en abondance dans les zones où la pêche est permise, elles endommagent le corail, créant des points d’entrée pour les pathogènes. Une fois blessé, le corail doit par ailleurs consacrer ses défenses immunitaires à panser ses plaies, laissant la maladie l’envahir.

Autre problème, les lignes rejetées par les pêcheurs constituent pour l’écosystème corallien des corps étrangers, se dégradant difficilement. Or elles pourraient servir de point d’ancrage pour les pathogènes coralliens, ajoutent les chercheurs.

Prochaine étape pour l’équipe, déterminer les autres chocs mécaniques à l’origine de maladies, qu’ils soient liés à l’activité humaine  ou non. Parmi ces derniers, les cyclones et l’invasion de l’acanthaster pourpre, ou étoile de mer «couronne-du-christ», première cause de mortalité des récifs coralliens d’Indonésie.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus