Les coquillages de l’étang de Thau décimés par le réchauffement

Le 31 août 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
S'étendant sur 7.000 hectares, l'étang de Thau est la principale zone conchylicole de Méditerranée
S'étendant sur 7.000 hectares, l'étang de Thau est la principale zone conchylicole de Méditerranée

Un tiers de la production annuelles d’huîtres et la totalité des moules de l’étang de Thau (Hérault) ont succombé, cet été, à la malaïgue, à cause du réchauffement de l’eau et de l’absence de vent.


Première zone conchylicole de Méditerranée, concentrant 10% de la production nationale d’huîtres, la lagune de Thau est dévastée par la malaïgue. Cette ‘mauvaise eau’ occitane est la conséquence de la persistance des fortes températures estivales. La canicule contribue à une diminution de la concentration d’oxygène dans l’eau saumâtre de l’étang; anoxie qui met en péril la faune et la flore, notamment les coquillages d’élevage. Elle n’avait pas été observée dans le bassin depuis 2006.


Des pertes historiques

Dans un communiqué publié le 30 août, le préfet de l’Hérault Pierre Pouëssel déplore des pertes estivales s’élevant à 2.703 tonnes d’huîtres (4,73 millionsd’euros), représentant plus d’un tiers de la production annuelle du bassin. Les moules, de leur côté, ont totalement succombé à la malaïgue (1.218 t perdues, pour une valeur de 1,22 M€).

Après l’alerte donnée le 10 août, une mission d’expertise avait été constituée 4 jours plus tard par le préfet et avait été pilotée par la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM).

 

Un phénomène persistant

Pierre Pouëssel annonce qu’il va «saisir, sans délai, la commission nationale de gestion des risques agricoles en vue de la reconnaissance du sinistre par arrêté ministériel», afin que les conchyliculteurs puissent être indemnisés. Selon le président de leur syndicat méditerranéen, Patrice Lafont, ils risquent de ne rien récolter l’année prochaine, ni celle d’après. En espérant qu’une nouvelle canicule ne vienne pas frapper la région.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus