Les constructeurs auto réclament le report de l'interdiction d’un gaz fluoré

Le 25 juin 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La lutte contre le changement climatique vaut-elle plus de 200 euros par automobile? Pas pour l’Association européenne des constructeurs automobiles (ACEA).

Selon l’agence de presse Reuters, l’organisation professionnelle a adressé une lettre à la Commission européenne réclamant le report de l’entrée en vigueur de l’interdiction d’un gaz fluoré, l’hydrofluorocarbure (HFC) R134a, utilisé dans les systèmes de climatisation des véhicules. Cette disposition est prévue pour 2011 par une directive européenne de 2006 (1). Celle-ci interdit progressivement les systèmes de climatisation conçus pour contenir des gaz fluorés ayant un potentiel de réchauffement global (PRG) 150 fois supérieur à celui du CO2.

Selon cette directive, le PRG de ce gaz fluoré est de 1.300. Au nom de la crise économique, l’ACEA souhaite donc un report de «deux-trois ans» de la mesure, selon la lettre consultée par Reuters. En cause: un surcoût par véhicule évalué entre 40 et 200 euros, préjudiciable au consommateur en temps de crise économique.

Ironie du sort, l’information tombe quelques jours après la publication dans la revue américaine Pnas (2) d’une étude internationale recommandant de lutter dès maintenant contre les émissions de HFC sous peine qu’elle représente de 28 à 45% des émissions équivalent CO2 en 2050…

(1) Directive 2006/40/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 mai 2006 concernant les émissions provenant des systèmes de climatisation des véhicules à moteur et modifiant la directive 70/156/CEE du Conseil (texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)
(2) Dans le JDLE «La lutte contre les émissions de HFC doit commencer maintenant»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus