Les conditions de travail des ouvriers, de mal en pis

Le 15 janvier 2007 par Bérangère Lepetit
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Contraintes temporelles, pénibilité physique, marges de manoeuvre réduites: à en croire la dernière enquête Conditions de travail réalisée en 2005 par la Direction de l'animation, de la recherche, des études et des statistiques (Dares), le service des statistiques du ministère en charge du travail, les conditions de travail des ouvriers se seraient aggravées par rapport à 1998. Si l'intensification du travail marque une pause pour l'ensemble des salariés, les ouvriers sont les plus mal lotis. Le travail à la chaîne progresse: 10% le pratiquaient en 1998, ils sont 11% en 2005. Plus d'un ouvrier sur quatre déclare en 2005 que son rythme de travail est imposé par le déplacement automatique d'un produit ou d'une pièce, ou la cadence d'une machine. Toujours selon l'étude, «le port de charges lourdes» se développe, ainsi que les «mouvements douloureux ou fatigants». Le travail en horaires atypiques s'intensifie dans toutes les catégories socioprofessionnelles, et les marges de manoeuvre seraient en recul. «Globalement, les femmes continuent à bénéficier de moindres marges de manoeuvre que leurs collègues masculins», note enfin l'enquête.






A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus