Les collectivités gagnent à l’achat groupé

Le 04 décembre 2015 par Hélène Huteau
> 
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Energie : la concurrence s'ouvre enfin
Energie : la concurrence s'ouvre enfin

On estime à plusieurs dizaines de millions d’euros les économies générées par le regroupement de commandes publiques, suite à la fin des tarifs réglementés de vente fin 2015.

«Le bilan est positif. Ce n’était pas gagné d’avance», se réjouit Jean-Marc Proust, chef de la communication de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR). Ses adhérents, les syndicats d’énergie, ont coordonné des groupement de commandes réunissant de quelques dizaines à plusieurs centaines d’acheteurs publics (collectivités, établissements de santé, logements sociaux, services publics, etc.) en vue de la fin des tarifs réglementés de vente (TRV) en décembre 2015.

 

Timide concurrence des électriciens

Cependant, les TRV d’électricité étaient, jusqu’à cette année, si bas que les collectivités n’avaient pas vraiment intérêt à lancer d’appel d’offres. En outre, la concurrence reste restreinte sur le marché français, avec les seuls trois acteurs EDF, Engie et Direct Energie. Mais fin 2014, les collectivités ont finalement vu les prix baisser de 8 ou 9%, voire jusqu’à 12%. Pour le gaz, le changement de pratique d’achat est plus évident car le marché est ouvert depuis plus longtemps et la concurrence y est plus vive (des «petits» acteurs comme ENI ou Gaz de Bordeaux sont très actifs). En outre, les 10.000 acheteurs publics, passés à l’achat groupé, gagnent d’entrée de jeu sur l’optimisation administrative, avec une seule procédure d’appel d’offres pour le compte de plusieurs dizaines d’acheteurs.

 

Compétence pointue

A la clef, la FNCCR estime à «plusieurs dizaines de millions d’euros» les gains par rapport aux anciens TRV, pour un volume annuel de 6,3 térawattheures en gaz et de 6 TWh en électricité. En outre, beaucoup de collectivités ont été soulagées de confier la compétence très pointue de l’achat d’énergie à des acheteurs spécialisés. «La plupart payait des factures et ne savaient pas faire», raconte Jean-Marc Proust. La fin des TRV d’énergie pour les professionnels a en effet conduit les acheteurs publics à engager des procédures nouvelles. L’achat se fait en deux temps, avec un accord-cadre permettant d’opérer une première sélection sur divers critères (option d’électricité «verte», lots visant à l’efficacité énergétique….), suivi de marchés dits subséquents, permettant d’acheter dans des délais très courts (moins d’une journée) pour s’adapter aux exigences d’un marché très fluctuant.

 

Avantages corollaires

La Cour des comptes recommande l’achat groupé pour les collectivités locales qui, en tant que propriétaires des réseaux de distribution d’électricité basse et moyenne tension, peuvent ainsi reprendre la main sur le producteur. En outre, la professionnalisation de l’acheteur peut entraîner des avantages corollaires comme celui d’un suivi de la consommation. «La comparaison d’une école à l’autre par exemple, peut nous permettre de déceler des anomalies, ou une possibilité de progrès» cite Jean-Marc Proust. L’acheteur d’électricité pourra aussi déceler si l’abonnement n’est pas surévalué par rapport à la consommation réelle de l’adhérent.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus