Les climatologues US ne veulent pas valoriser la biomasse

Le 23 février 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'Europe va importer des millions de tonnes de bois pour réduire l'empreinte climatique de ses centrales électriques.
L'Europe va importer des millions de tonnes de bois pour réduire l'empreinte climatique de ses centrales électriques.

Ils sont 78. Ces scientifiques américains viennent d’adresser un courrier virulent à Gina McCarthy, patronne de l’agence fédérale de protection de l’environnement (EPA). L’objet de leur missive est clair: réfuter la mise à jour d’une étude de l’EPA sur la valorisation énergétique de la biomasse, publiée en novembre dernier.

Comptabilité carbone

S’inscrivant dans la nouvelle politique climatique américaine, l’agence fédérale indique aux compagnies productrices et aux Etats fédérés comment intégrer la combustion du bois dans la comptabilité carbone. Les règles onusiennes en la matière sont simples: l’énergie tirée de la biomasse est «neutre» en carbone. Ce que n’admettent pas les signataires de la lettre.

Selon eux, il y a un long décalage, de quelques années à quelques décennies, entre la combustion des végétaux proprement dite et le stockage du carbone par d’autres végétaux. En attendant, le gaz carbonique participe au renforcement de l’effet de serre, estiment-ils.

40% du CO2 US

En voulant abattre de 26 à 28% les émissions américaines de CO2 entre 2005 et 2025, Barack Obama va demander un gros effort aux exploitants de centrales thermiques à flammes, lesquelles émettent 40% du CO2 US. Ils pourront bénéficier de coups de pouce pour brûler du bois à la place du charbon. Ce que craignent précisément les climatologues, qui rappellent qu’il faut des volumes considérables de bois pour alimenter des centrales électriques. «L’agence américaine de l’information sur l’énergie estime […] que 4% de l’électricité US pourrait être produite par des centrales à biomasse en 2035. Ce qui nécessiterait d’accroître de 70% les volumes de bois collectés chaque année dans les forêts américaines», estiment-ils.

Grosses importations européennes

Ces massifs sont déjà la proie d’électriciens européens. En développant la co-incinération (charbon-bois), des compagnies comme RWE ou E.ON consomment d’importantes quantités de bois. La centrale thermique de Drax (Royaume-Uni) consomme ainsi 2 millions de tonnes de déchets de bois par an, dont l’essentiel est importé des forêts nord-américaines. Selon une étude réalisée par le centre de recherche de GDF Suez, l’atteinte des objectifs d’énergies renouvelables du paquet Energie Climat 2020 nécessitera la consommation de près de 24 Mt par an de combustibles-bois dans l’Union européenne en 2020, dont 45% seront importés.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus