Les cimentiers brûleront davantage de déchets de bois

Le 13 février 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les cimenteries, une nouvelle filière pour les déchets issus de la déconstruction des bâtiments
Les cimenteries, une nouvelle filière pour les déchets issus de la déconstruction des bâtiments

Alors que le ministère de la transition écologique appelle les industriels à se tourner vers une économie circulaire, les cimentiers se sont engagés le 12 février à accroître leur approvisionnement de déchets de bois de 90% d’ici 2020.

 

Passer de 90.000 tonnes de combustibles provenant de déchets de bois en 2015 à 170.000 t en 2020... Tel est l’objectif visé par l’industrie cimentière, dont les déchets (bois et pneus principalement) représentent déjà 41% de leurs besoins énergétiques. Cet engagement a été signé par le Syndicat français de l’industrie cimentière (Sfic), le Syndicat national des entreprises de démolition (Sned), le Syndicat des recycleurs du BTP (SRNTP) et le secteur Bois de la Fédération des entreprises du recyclage (Federec).

 

Déchets de la déconstruction

Les déchets de bois visés sont «issus de la déconstruction et de la démolition». «Ces déchets n’ont aujourd’hui aucune filière de valorisation», a précisé Fabrice Copin, directeur délégué de l’Association technique de l’industrie des liants hydrauliques (Atilh).

En 2016, les cimentiers français ont utilisé près de 300.000 tonnes de combustibles solides de récupération (CSR), 110.000 t de pneus usagés et 90.000 t de déchets de bois.

 

Matière versus énergie

Dans son projet de feuille de route sur l’économie circulaire diffusé le 9 février, le ministère de la transition écologique appelle les industriels à incorporer davantage de matières recyclées dans leurs produits. De la valorisation énergétique au recyclage, le chemin est encore long.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus