Les chasseurs ouvrent le feu sur l’AFB

Le 16 janvier 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Pas de pitié pour l'AFB
Pas de pitié pour l'AFB
DR

Nouveau coup de froid sur la toute nouvelle Agence française pour la biodiversité (AFB): mercredi 11 janvier, le conseil d’administration de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), à forte composante cynégétique, a voté une motion demandant la suspension des travaux de mutualisation engagés entre les deux instances.

Avant même les premiers débats parlementaires début 2015 de la loi biodiversité, dont l’AFB constitue le fleuron, les chasseurs, fortement représentés au conseil d’administration de l’ONCFS, avaient eu gain de cause: l’office ne serait pas intégré à l’AFB.

Regroupant l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), l’Agence des aires marines protégées, Parcs nationaux de France et l’Atelier technique des espaces naturels (Aten), l’AFB, installée le 1er janvier et dont le premier conseil d’administration se tient lundi 16 janvier, s’avère dès lors principalement orientée vers la biodiversité marine.

En contrepartie, la loi biodiversité mentionne la nécessité d’une mutualisation des travaux entre les deux instances, en particulier sur les missions de police judiciaire et de police administrative. Localement, des travaux de concertation ont été engagés dès l’automne 2016 pour créer des unités de travail communes. Or ce rapprochement est désormais menacé, comme l’ont révélé six associations[i] vendredi 13 janvier.

Un appel à l’Elysée

Lors d’un conseil d’administration extraordinaire de l’ONCFS organisé mercredi 11 janvier, les représentants du monde cynégétique ont fait voter une motion demandant au président de la République la suspension de ces travaux de mutualisation. Ce quipourrait mettre à mal la mission de police de l’environnement confiée à l’AFB –qu’elle avait déjà failli perdre lors des débats parlementaires.

Par cette motion, l’objectif des chasseurs «est moins de défendre l’ONCFS [dont le personnel et la direction sont favorables à la mutualisation] que d’affaiblir l’AFB le plus possible: ils veulent régner sur la biodiversité», juge Jean-David Abel, chargé de la biodiversité chez France Nature Environnement (FNE), contacté par le JDLE.

Quel avenir pour l’AFB?

Pour l’instant, la motion n’est rien d’autre qu’un geste de défiance quant à l’AFB, mais «nous sommes inquiets de ce que fera une future majorité», plus perméable aux arguments des chasseurs, indique Jean-David Abel. Pour les associations, c’est d’ailleurs le signe que «l’ONCFS se voit instrumentalisé à quelques mois de l’élection présidentielle».

Samedi 14 janvier a été publié au Journal officiel l’arrêté fixant le siège de l’AFB: celui-ci se situe à Vincennes, dans les locaux de l’ex-Onema, tandis que le pôle scientifique et la mission communication reviennent à Montpellier (ex-Aten et ex-Parcs nationaux de France), le pôle maritime à Brest (ex-Agence des aires marines protégées).



[i] France nature environnement, Ligue de protection des oiseaux, WWF, Humanité & Biodiversité, Surfrider Foundation Europe.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus