Les changements climatiques menacent nos aïeux

Le 01 février 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une vieille femme récupère quelques affaires après une inondation en Birmanie.
Une vieille femme récupère quelques affaires après une inondation en Birmanie.
DR

Les personnes âgées seront les plus exposées aux changements climatiques. Plus vulnérables aux maladies, au stress, à la chaleur, aux déplacements, elles risquent de souffrir encore un peu plus que les autres des bouleversements consécutifs à l’augmentation des températures et à la multiplication des épisodes climatiques extrêmes. Une problématique peu abordée par les pouvoirs publics.

En 2050, la température globale aura grimpé d’au moins 2 degrés par rapport au début de la révolution industrielle et le  nombre d’épisodes climatiques extrêmes –tempête, crue, canicule- auront considérablement augmenté. En 2050, un quart de la population mondiale aura plus de 55 ans. Un rapport, publié par le Stockholm Environment Institute (SEI), l’université de York (Grande-Bretagne) et le centre de recherche en gérontologie de l’université Simon Fraser au Canada, vient rappeler que le changement climatique frappera d’abord, et avec plus d’intensité, les vieilles personnes. «Notre étude montre que les gens âgés sont particulièrement vulnérables au changement environnemental. La prise de conscience de ce phénomène parmi les décideurs politiques, mais aussi parmi cette population de personnes, est très en retard», explique Gary Haq du SEI.

 

L’étude a porté sur 1.258 personnes dans 5 pays (Australie, Canada, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Suède). Un groupe peu représentatif de la population mondiale, puisque tous étaient issus de pays développés. Néanmoins, les interviewés partagent des traits communs avec les populations de continents plus déshérités: ils vivent majoritairement dans des zones urbaines, avec leur cortège de nuisances. «La capacité des gens âgés à s’adapter et à se débrouiller est souvent compromise par des menaces à long terme (exposition à des polluants toxiques dans l’air, l’eau et la nourriture) et des catastrophes soudaines (vague de chaleur, inondation, tempête)», écrivent les auteurs. «Au fur et à mesure du vieillissement, leurs capacités biologiques déclinent (…), ce qui les rend plus sensibles aux substances toxiques de l’environnement». Selon eux, les personnes âgées dans les pays en voie de développement souffriraient davantage de ces épisodes, «car ils sont plus souvent laissés derrière quand surviennent des catastrophes environnementales. Notamment à cause de leur peu de mobilité, que ce soit parce qu’ils sont très attachés à leur terre ou incapables d’entreprendre un voyage.»

 

La France a pris la mesure du problème au moment de la canicule de 2003. Une surmortalité de 14.800 décès avait été observée entre le 1er et le 20 août 2003 (+70% chez les personnes âgées de 75 ans et plus, contre +60% pour la population tous âges). «Au total, 82% des décès attribuables à la vague de chaleur avaient touché des personnes âgées de 75 ans et plus», note l’Institut national de veille sanitaire dans un rapport[1]. Les explications sont multifactorielles, les modes de vie «modernes» étant aussi des causes d’aggravation du phénomène climatique: «La fréquence d’intervention des personnels de santé et le fait de recevoir ses courses à domicile, qui traduisent une autonomie diminuée chez ces sujets, étaient associés aux indicateurs de morbidité». L’exemple de la tempête Xynthia en 2010 -47 morts et 79 blessés- est également éclairant. Dans la Revue européenne de géographie parue en 2011, une étude constate que «les victimes, âgées de 2 ans à 85 ans, sont surtout des personnes âgées de plus de 60 ans». Les gens ont souvent été pris au piège dans leur maison, souvent victimes du stress intense consécutif à la tempête et aux inondations.

 

La gérontologie environnementale en est à ses balbutiements, concluent les auteurs, qui appellent à poursuivre les études sur la vulnérabilité aux conditions climatiques des personnes âgées, mais aussi leur capacité de résilience face à ces phénomènes.



[1] Étude des facteurs individuels et des comportements ayant pu influencer la santé des personnes âgées pendant la vague de chaleur de 2003

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus