Les Canadiens veulent tuer un phoque toutes les 12 secondes

Le 28 mars 2011 par Célia Fontaine
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le Canada chassera 80.000 phoques supplémentaires en 2011, a annoncé Ottawa le 25 mars. La période de chasse a débuté mi-février et s'étendra sur 2 mois.

«Alors que le gouvernement canadien devrait tout mettre en place pour protéger les phoques victimes de la raréfaction des glaces due au changement climatique, il décide contre toute attente d’augmenter les quotas», s’insurge l’association Fourrure torture dans un communiqué. Ainsi, 468.200 de ces mammifères seront tués cette année, y compris dans l’Atlantique, contre 388.200 l'année dernière.

Pour les associations, cette décision relèverait d’une manœuvre électorale, non justifiée sur le plan économique. Le gouvernement sortant de Stephen Harper chercherait à séduire les régions à l’approche des élections fédérales.

«C’est aussi par fierté et par provocation que le Canada annonce des quotas aussi élevés», analyse Christophe Marie, de la Fondation Brigitte Bardot. «Dans la réalité, les pêcheurs ne pourront pas abattre autant de phoques, il leur resterait trop d’invendus en raison d’une faible demande», poursuit-il.

Surtout depuis que l’Europe a imposé un embargo total sur les produits dérivés du phoque en juillet 2009 (dans le JDLE). Si le gouvernement canadien a déposé en février dernier un recours officiel auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) contre l’Union européenne (dans le JDLE), il y a de grandes chances que celui-ci soit rejeté. «L’UE a pris soin d’étudier les règles internationales au moment de la rédaction de son règlement pour ne pas être en contradiction avec les règles de l’OMC», selon Christophe Marie.

La population canadienne, pêcheurs exceptés, n’adhère pas forcément à la politique fédérale. Les bateaux brise-glace et les avions mis à disposition des pêcheurs par le gouvernement sont financés par leurs impôts…  «C’est cruel et économiquement ridicule. Notre argent finance une pratique que 71% de la population désapprouve», estime un participant à une grande manifestation organisée à Toronto.

La chasse au phoque a généré 1,4 million de dollars (990.000 euros) l’année dernière et les contribuables en ont dépensé 4,3 millions (3,06 millions €) pour que les garde-côtes canadiens puissent assurer la protection des chasseurs, selon le manifestant. En raison de l’embargo européen, les pêcheurs espèrent écouler leurs stocks invendus de sous-produits vers l’Asie. Un marché qui ne semble pas décoller pour le moment.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus