Les Canadiens choisissent les Libéraux

Le 20 octobre 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Justin Trudeau (à droite) en campagne.
Justin Trudeau (à droite) en campagne.
DR

Une fois de plus, les électeurs ont déjoué tous les pronostics. Lundi 19 octobre, les Canadiens ont offert une très large majorité au parti libéral, donné encore quelques jours plus tôt au coude à coude avec les conservateurs, au pouvoir depuis 10 années.

Emmenés par Justin Trudeau (43 ans), les Libéraux raflent 184 sièges (sur 338): deux fois plus que leurs principaux adversaires conservateurs. Pour mémoire, le parti libéral ne disposait que de 36 sièges au cours de la précédente mandature. Le parti du futur Premier ministre disposera donc de la majorité absolue des députés.

Fin des subventions aux fossiles

Cela devrait lui faciliter la tâche pour mettre en œuvre son programme électoral. Dans le désordre, Justin Trudeau a promis la suppression «progressive» de toutes les subventions accordées à la production de combustibles fossiles. Le fils de l’ancien Premier ministre canadien Pierre-Elliott Trudeau entend aussi développer la «tarification du carbone», mais au niveau régional. Chaque province pourra (devra?) mettre en place un marché de quotas d’émission (comme c’est le cas au Québec ou en Ontario) ou une taxe carbone (Colombie britannique). A charge pour le gouvernement fédéral de faire entrer tout cela dans l’engagement national[1].

Grand plan d’adaptation

Ottawa engagera un vaste plan d’adaptation au réchauffement, toujours en collaboration avec les provinces. Des coups de pouce financiers seront donnés aux initiatives «vertes», dans les secteurs de la foresterie, des pêches, de la production d’énergie, des mines et de l’agriculture. Le nouveau locataire du 24, promenade Sussex prévoit de durcir les normes de qualité de l’air et de développer les incitations aux investissements dans les énergies renouvelables.

Réformer l’évaluation environnementale

Les Libéraux prévoient d’abroger les réformes conservatrices de l’évaluation environnementale «dans les domaines relevant de la compétence fédérale». Ce revirement pourrait contribuer à améliorer les relations entre le pouvoir central et les «peuples autochtones».

Octupler la surface des aires marines protégées

De nouveaux moyens seront octroyés aux parcs nationaux (dont l’entrée sera désormais gratuite). Le Canada entend aussi accroître la protection de ses eaux marines. Justin Trudeau promet de porter de 1,3% à 10% (en 2020) la part des zones marines et côtières protégées.

 

Sitôt son gouvernement formé, Justin Trudeau participera au sommet des gouvernements du G20, à Antalya, et à la COP 21. Dans les deux cas, on y parlera investissements climatiques. Un sujet toujours clivant, au Canada.



[1] L’INDC canadienne annonce une baisse de 30% des émissions de GES, entre 2005 et 2030.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus