Les campylobactérioses enfin sur le déclin?

Le 26 février 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'infection alimentaire la plus courante dans l'UE régresse
L'infection alimentaire la plus courante dans l'UE régresse

En 2012, les campylobactérioses ont enfin enregistré une légère baisse au niveau européen, selon le rapport annuel sur les zoonoses dans l’UE publié le 19 février.

C’est là une des quelques surprises de ce rapport annuel de l’autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) et du centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC), dont les versions successives tendent à se ressembler: entre 2011 et 2012, les campylobactérioses ont enfin connu une légère baisse (-4,3%), après plusieurs années à la hausse (+17,5% entre 2008 et 2011).

Une tendance certes prometteuse, dont les chiffres 2013 permettront de dire si elle reflète une réalité de santé publique. Pour l’heure, les campylobactérioses, qui s’attrapent avant tout par la viande de poulet, demeurent l’infection alimentaire la plus souvent rapportée dans l’UE, avec plus de 214.000 cas en 2012.

Nul doute en revanche quant aux salmonelloses, qui enregistrent leur 7e baisse consécutive: -4,7% entre 2011 et 2012, indiquent l’Efsa et l’ECDC, qui y voient un «succès des programmes de lutte contre Salmonella mis en place par les Etats membres de l’UE et la Commission européenne chez les volailles».

 

La listériose repart à la hausse

La situation est en revanche moins favorable pour la listériose, dont le nombre de cas rapportés a augmenté de 10,5% en 2012 par rapport à 2011. Mauvaise nouvelle pour l’Efsa, alors que ce chiffre avait diminué de près de 12% depuis 2009. Pire, la maladie a tué 198 personnes en 2012, un record depuis 2006. Même inquiétude quant aux infections par Escherichia coli qui, avec 5.671 cas confirmés en 2012, ont connu une hausse de 79% depuis 2008.

La France présente quelques particularités par rapport au reste de l’UE, notamment une hausse quasi continue du nombre de salmonelloses: depuis 2008, elle a enregistré une hausse de 21,1%, alors que ce chiffre a diminué de 32% dans l’UE. La listériose y a aussi connu une forte progression (+23,4% entre 2011 et 2012).

Selon l’Efsa, les cas groupés ont fait nettement moins de victimes en 2012 qu’en 2011, aussi bien en termes de personnes malades (-20,3%), hospitalisées (-28,2%) que décédées (-56%). Une baisse en trompe-l’œil, uniquement liée à l’épidémie d’Escherichia coli survenue au printemps 2011 en Allemagne, et qui a fait près de 4.000 victimes et tué 47 personnes.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus