Les Californiens disent non à l’étiquetage OGM

Le 07 novembre 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Affiche défendant le "droit de savoir"
Affiche défendant le "droit de savoir"

Ce n’est plus un scoop, les Américains ont réélu Barak Obama à la Maison blanche, le 6 novembre. Originalité du système électoral local: 172 référendums se sont tenus en même temps que le scrutin présidentiel dans plusieurs Etats. Les Californiens étaient notamment appelés à s’exprimer sur une possible obligation d’étiqueter les produits alimentaires contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM). Cette «proposition 37» a été repoussée par les électeurs du Golden State.

Le non l’a en effet emporté avec 53% des voix contre seulement 47% en faveur de la proposition.

Si elle avait été adoptée, la proposition aurait permis aux Californiens d’être les premiers Américains à être informés de la présence d’OGM dans leur alimentation, par l’intermédiaire d’étiquettes sur les produits vendus en supermarché.

Pour contrer ce texte, les géants de l’agrochimie et de l’agroalimentaire ont mis les bouchées doubles. Environ 44 millions de dollars (34,5 M€) ont été dépensés par Monsanto, Syngenta, BASF, Bayer, PepsiCo, General Mills, Kellogg’s et Nestlé pour financer des spots publicitaires en faveur du non, selon le Los Angeles Times. Ils estiment que l’initiative stigmatisera les produits OGM et conduira à une hausse des prix.

De l’autre côté, les entreprises liées à l’agriculture biologique, qui ont financé la campagne du oui, n’ont réussi à mobiliser que 7 M$ (5,5 M€). Elles plaident pour le droit des consommateurs à connaître la composition de leur alimentation.

Aux Etats-Unis, 94% du soja et 88% du maïs cultivés sont génétiquement modifiés, selon le département de l’agriculture.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus