Les bons conseils de l’Académie des sciences

Le 15 janvier 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les Académiciens conseillent de réaliser des recherches déjà entreprises.
Les Académiciens conseillent de réaliser des recherches déjà entreprises.

Ne comptez pas sur l’Académie des sciences pour trancher. En septembre 2010, la vieille dame du quai Conti, à Paris, n’avait pas condamné les théories fumeuses de certains de ses membres sur les origines naturelles du réchauffement climatique, pourtant démontées par d’autres académiciens, climatologues, eux.

Cette fois, c’est un peu la même chose. Il est urgent de ne fâcher personne. Lundi 14 janvier, l’Académie a publié son dernier rapport. «La recherche scientifique face à l’énergie», c’est son titre, porte le message des «sages» aux parties prenantes du débat national sur la transition énergétique.

Doutant, parfois, de l’origine anthropique du réchauffement, les académiciens ne savent pas plus quelles doivent être les priorités en matière de recherche sur l’énergie. En pareil cas, une seule solution: tout faire! Dans le domaine des renouvelables, il faudra ainsi développer des recherches sur les énergies éolien et solaire concentré, 27 ans après l’arrêt de la centrale expérimentale Thémis!

Alors qu’ils suivent leur cours depuis des années, notamment à l’initiative d’EDF, les sages recommandent de travailler sur «les stratégies d’insertion de cette électricité intermittente, diffuse et foisonnante dans un réseau centralisé». On appelle cela les réseaux intelligents, quelle nouveauté!

Une dizaine d’années après les scientifiques norvégiens et britanniques, leurs collègues français découvrent que «l’énergie des courants marins […] constitue une source intéressante». Le photovoltaïque n’est pas oublié: «Il faut rechercher à la fois une utilisation plus efficace et plus complète du spectre solaire pour augmenter les rendements et encourager les procédés permettant de développer ces technologies à des coûts sensiblement inférieurs à ceux d’aujourd’hui». Ce qui ressemble furieusement au programme de l’Institut national de l’énergie solaire (Ines).

Sans rire, les académiciens professent d’orienter «vers les procédés de production de biocarburants de deuxième génération utilisant la biomasse ligno-cellulosique, et de troisième génération issus d’organismes photosynthétiques». Ce que font industriels et centres de recherche depuis des années.

Même chose pour les recherches sur les techniques de stockage de l’énergie. Des recherches, il faudra aussi en conduire sur «l’énergie nucléaire de fission». Pour mémoire, ce sujet a pompé la quasi-intégralité des crédits de recherche français sur l’énergie durant de très nombreuses années. Ce qui n’était pas le cas des combustibles fossiles.

A cet égard, le rapport préconise de «reprendre le dossier des gaz de schiste et de réexaminer les conditions d’une extraction qui permettrait de réduire au moins partiellement cette facture et la dépendance de la France par rapport aux pays producteurs de gaz et de pétrole». Bien sûr, on émettra du gaz carbonique, et c’est pour cela qu’il faut poursuivre «les recherches sur la séquestration du CO2», qui sont pourtant un échec cuisant pour les scientifiques et les industriels français. Pas toujours pour des questions techniques d’ailleurs.

Un détail qui en dit long: sur les 250 pages du rapport, moins d’une dizaine sont consacrées aux «économies d’énergie» et au transport. Le gouvernement a décidément bien fait de ne pas convier les «sages» à son débat.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus