Les Bonnets rouges veulent l’indépendance énergétique de la Bretagne

Le 10 mars 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
3000 bonnets rouges ont reçu les recommdations du mouvement régionaliste.
3000 bonnets rouges ont reçu les recommdations du mouvement régionaliste.
DR

Après avoir torpillé la politique publique de soutien aux transports collectifs, les Bonnets rouges tenaient leurs Etats généraux, le 8 mars à Morlaix. Plus de 3.000 personnes s’étaient déplacées dans la sous-préfecture du Finistère pour entendre les 11 revendications du mouvement.

Synthèse des cahiers de doléances, ouverts sur internet par le mouvement régionaliste, ces mots d’ordre portent, au hasard, sur l’écotaxe («suppression pure et simple»), la gouvernance locale (une représentation régionale unique fruit de la fusion de la Région et de 5 départements), l’interdiction de vente de produits «maudits», la création d’une zone franche en centre Bretagne, l’ouverture d’une ligne aérienne à bas coût entre Brest et Paris. Sans oublier, la régionalisation des taxes, de l’éducation et de la sécurité sociale.

Muets sur la protection de l’environnement (arrêtons «de harceler les paysans»), les Bonnets rouges se saisissent néanmoins de la question énergétique. Quatre «propositions remarquables» sont faites aux militants: créer des coopératives locales de production d’énergie (c’est déjà possible), fournir aux Bretons de l’énergie produite localement (pas facile pour les hydrocarbures), valoriser la biomasse (vive le plan Méthanisation) et «ne plus dépendre, pour notre énergie, des grandes entreprises publiques ou privées sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle».

Doléances ou non, ces recommandations semblent tout droit tirées du projet Alter Breton de 1979, réactualisé en 2005 par l’Union démocratique bretonne.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus