Les batteries des véhicules électriques sont-elles dangereuses ?

Le 29 juin 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
C’est une énorme pierre dans la mare que jette Le Monde aujourd’hui. Dans une série d’articles, Stéphane Foucart et Jacques Follorou posent une inquiétante question: les batteries lithium ion, qui équiperont les futures véhicules électriques (VE) de Renault et de PSA, ont-elles tendance à prendre feu?
 
Angoissante interrogation, si l’on se souvient qu’un feu de batterie dégage notamment du fluorure d’hydrogène, un gaz mortel à certaine concentration, rappelle l’INRS dans la fiche de sécurité qu’il lui consacre.
 
Les premiers doutes, explique le journal, émanent de Michel Armand, électrochimiste du CNRS «et l’un des pères du principe fondamental de toute batterie au lithium».
 
Pour ce chercheur de renom (plus de 200 publications scientifiques, médaille d’argent 1989 du CNRS), les technologies des batteries choisies par les deux constructeurs français, mais aussi par General Motors, présentent des risques élevés d’inflammation: «Une probabilité de défaillance des batteries de l’ordre d’1 sur 10.000. Ce qui est un niveau de risque inacceptable», juge-t-il dans le quotidien.
 
Des emballements (surchauffe violente puis ignition) de cellules de batteries pourraient se produire en cas de choc, de surcharge, mais aussi lors de recharge rapide. Un rapport, réalisé par la direction de la recherche d’EDF pour le compte de Renault, indiquerait d’ailleurs que «l’équilibre électrochimique des batteries en surcharge ne serait pas encore totalement sous contrôle», résume Le Monde.
 
Interrogés, les pouvoirs publics et les constructeurs défendent l’héritière de la Jamais contente. «Risque spécifique ne signifie pas plus de risque par rapport aux véhicules thermiques», explique Pierre-Franck Chevet, le directeur général de l’énergie et du climat, au ministère de l’écologie.
 
Thierry Koskas rappelle que «si on a un problème sur une cellule, cela se voit tout de suite sur sa tension». Et le directeur du programme véhicule électrique de Renault de préciser que le contrôle des cellules des batteries des prochains VE sera assuré «par deux circuits indépendants».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus