Les bâtiments suisses: pas si sobres que ça

Le 22 février 2007 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Longtemps les bâtiments suisses passaient pour être aussi étanches que les coffres des banques zurichoises. Une réputation en partie fondée sur la norme Minergie qui permet, grâce à une isolation renforcée, la ventilation mécanique et, éventuellement l'utilisation d'énergie renouvelable, de réaliser des maisons et des immeubles tertiaires quasiment «zéro énergie».

Mais cette réputation semble être largement usurpée. Selon les résultats d'une enquête, réalisée entre 2003 et 2006 dans le canton de Vaud par le Service de l'environnement et de l'énergie (Seven), 6 constructions neuves sur 10 ne respectent pas les valeurs limites de la norme sur l'isolation thermique. Et les écarts ne sont pas minces. Interrogé par Le Temps, Luis Marcos, l'un des coordinateurs de l'étude, observe des dépassements de 5 à 50%. Des errements que l'on retrouve dans les autres cantons de la Confédération où les contrôles thermiques ne sont pas systématiques, comme le Valais ou Fribourg.

Alors, la faute à qui ? En gros, à la plupart des intervenants. Après leur enquête, les enquêteurs du Seven estiment que bon nombre de bureaux d'études ne sont pas suffisamment qualifiés pour réaliser les calculs thermiques. Pour gagner des marchés, les architectes n'hésitent pas non plus à arrondir le montant de leur devis. Les artisans semblent être aussi de la partie. «La qualité et l'épaisseur des isolations ne sont pas conformes aux dossiers de mise à l'enquête», reconnaît dans le quotidien suisse Serge Boschung, délégué à l'énergie du canton de Fribourg. Dans le Valais, les promoteurs «oublient» parfois de poser certains isolants. Bref, ils sont nombreux à vouloir profiter de leurs clients. Clients qui seront les seuls à être pénalisés, une fois qu'ils auront emménagé dans une construction dont les performances énergétiques seront très inférieures à ce qui était prévu dans un cahier des charges «économe».

Pour partielle qu'elle soit, l'étude du Seven fait grand bruit dans la Confédération. Un projet de réglementation, renforçant les contrôles, est en cours de discussion. Mais surtout, l'image de la plus ancienne démocratie d'Europe est sérieusement ternie. A moins que le conseiller fédéral Moritz Leuenberger ne fasse enfin voter son projet obligeant toute nouvelle construction à respecter vraiment les normes Minergie.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus