Les atolls du Pacifique inhabitables en 2050?

Le 27 avril 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les îles pourraient rapidement manquer d'eau potable.
Les îles pourraient rapidement manquer d'eau potable.
VLDT

Une étude publiée par Science Advances montre que les îles sans relief du Pacifique ou de l’océan Indien pourraient être privées d’eau potable vers le milieu du siècle.

 

Jusqu’à présent, les choses étaient à peu près claires. Les milliers d’îles plates qui jalonnent le Pacifique et l’océan Indien seraient plus ou moins submergées d’ici la fin du siècle par la montée du niveau de l’océan.

Un phénomène imputable à la dilatation thermique de l’eau produite par le réchauffement climatique. Cette perspective explique l’activisme climatique de plusieurs gouvernements, dont celui des Fidji qui préside depuis la fin de l’année passée la COP 23.

Problème, océanographes et climatologues ont fait abstraction d’un détail: la disponibilité en eau douce. En se basant sur des observations réalisées en 2014 sur l’île de Roi-Namur (archipel des Marshall), Curt Storlazzi (USGS) montre que la montée des eaux va faciliter la pénétration en profondeur des lames et autres hautes vagues.

Celles-ci vont bien sûr éroder le littoral, détruire bâtiments et infrastructures. Mais l’eau salée va aussi percoler dans le sous-sol, contaminant les nappes phréatiques, jusqu’à rendre l’eau impropre à la consommation humaine et à l’irrigation.

Deux solutions s’offriraient alors aux populations: fuir une île devenue inhospitalière ou renforcer les ouvrages de protection et les systèmes de dessalement. Cette dernière option n’étant pas forcément à la portée de nombreux gouvernements d’Etats insulaires, dont le PIB se compte parfois en dizaines de millions de dollars.

 

L’originalité de l’étude de Curt Storlazzi et de ses collègues est de modéliser les effets sur l’océan des conséquences du scénario RCP 8,5 (triplement de la concentration en gaz à effet de serre d’ici la fin du siècle) mâtinés d’une sévère débâcle des glaces telluriques arctiques. De quoi accélérer sensiblement l’élévation du niveau de la mer.

 

Baptisé RCP 8,5+, ce scénario prévoit dès le milieu du siècle une submersion annuelle des îles et atolls dont le point culminant est inférieur à 4 mètres. De leur côté, les scénarios climatiques classiques RCP 4,5 (accroissement de 20% de la concentration en GES vers 2100) et 8,5 n’annoncent pas une telle régularité des inondations avant la fin du siècle.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus